Vives protestations contre les travaux de la bibliothèque de New York

Cécile Mazin - 01.08.2013

Edition - Bibliothèques - New York Public Library - travaux - 300 millions $


Les deux lions de marbre qui gardent l'entrée de l'établissement s'apprêtent à vivre d'étranges heures : certains parlent d'un choc culturel, d'autres évoquent l'avenir même des bibliothèques... La New York Public Library va connaître des travaux spectaculaires, pour un montant de 300 millions $. Cela implique cependant le déplacement de millions de livres, pour laisser la place à des ordinateurs et une cafétéria. Eh oui.

 

 

thenails, CC BY 2.0

 

 

C'est un monde plus moderne que les responsables de l'établissement veulent mettre en place, afin d'adapter les lieux à d'autres besoins. Mais face à eux, des universitaires, des associations de défense du patrimoine, et d'autres critiques pointent ce projet comme la création d'une bibliothèque allégée. 

 

Dans les rangs des contestataires, on retrouve également des historiens, des prix Pulitzer accompagnés de bibliophiles. D'autres noms se retrouvent dans la pétition qui est diffusée depuis quelque temps, comme Salman Rushdie, Jonathan Lethem, ou encore Mario Vargas Llosa. Et ce, alors que les dirigeants ont déjà concédé plusieurs points dans leur projet. Rien à faire : la protestation continue et les professionnels de la bibliothèque s'inquiètent de ce que l'on change un lieu sensé recueillir des livres, en une boutique où l'on ne trouverait que des écrans tactiles.

 

Or, le métier vit une époque de métamorphose, comme tous les secteurs de l'édition, explique le président de l'établissement, Anthony Marx, à l'Associated Press. « Et certainement, la controverse autour de ce bâtiment et de sa rénovation est, je suppose, l'aspect le plus manifeste de ce changement. »

 

Au cours de ces dernières années, les établissements publics de prêt se sont attaqués à la question des services numériques, notamment dans le prêt d'ebooks. Mais les difficultés financières que représentent ces investissements sont parfois des freins douloureux. Sauf qu'aucun autre bâtiment sur le territoire n'est âgé de 102 ans, et n'incarne autant de symboles, tant dans la littérature qu'au cinéma - la bib ayant servi de décors à plusieurs films, dont Breakfast at Tiffany, entre autres. 

 

Avec deux millions de visiteurs chaque année, et 4 millions de volumes proposés, pour 15 minutes de temps de lecture en moyenne, la NYPL devra, dans le cadre de son plan de remise en état, renvoyer 1 million de livres dans le New Jersey. Difficile de répondre dans ce cas à toutes les demandes qui sont aujourd'hui formulées. 

 

Les responsables assurent tout de même que ce projet d'aménagement permettra de sauver des livres de recherche, et d'économiser des millions de dollars, en plus d'autres avantages. Une poursuite judiciaire a été engagée par des avocats pour le compte d'un organisme à but non lucratif, en charge de la défense du patrimoine. « Le préjudice, irréparable, est imminent. Si les stocks sont endommagés, les livres, cette unique valeur, si caractéristiques de la NYPL, ne pourront jamais revenir à leur place, dans le cadre de la salle principale Rose de lecture. »