Vladimir Nabokov topographe : l'Ulysse de James Joyce en carte

Clément Solym - 23.08.2013

Edition - International - Vladimir Nabokov - James Joyce - Ulysse


Se languissait-il de sa Russie lointaine, Nabokov, en prenant une feuille de papier et un crayon ? C'est que le papa de Lolita s'est amusé à retracer le parcours de Stephen Dedalus et Leopold Bloom, à travers Dublin, ce 16 juin 1904. Bon, évidemment, personne n'a jamais lu Ulysse, mais si c'était le cas, vous vous rendriez compte que c'est une carte des différents chapitres du livre.

 

 

 

 

Une journée ordinaire pour les deux hommes, et un plan amusant. Ne disait-on pas que Joyce avait décrit Dublin avec une telle précision qu'en cas d'apocalypse, il suffirait de reprendre son roman pour reconstruire la ville à l'identique ? Eh bien, manifestement, Nabokov fut un très grand amateur de l'écrivain irlandais, au point de se lancer dans ce petit exercice. 

 

D'ailleurs, le romancier avait sa vision bien personnelle de la manière dont on pouvait enseigner et faire découvrir Joyce. « Au lieu de perpétuer l'absurdité prétentieuse de ces chapitres homériques, chromatiques et viscéraux, les enseignants doivent préparer des cartes de Dulbin, avec les entrelacs de Bloom et Stephen. » Et voici que l'on aboutit donc à la carte de Nabokov. 

 

Nabokov fut de toute manière un lecteur très attentif de Joyce. Il lui reconnaissait un talent tout particulier, pour ce qui est des inventions verbales, des jeux de mots ou sonores, parfois même dans des associations de verbes pour en former un troisième, véritablement monstrueux. 

 

L'une des séquences du livre qui l'avait particulièrement marqué, est celle où Bloom  apporte son petit déjeuner à Molly. Un passage qu'il qualifiait de « plus grand de toute la littérature ». Nabokov fut également enseignant : on comprend que l'enthousiasme de l'homme, du lecteur et de l'écrivain se confond...

 

via Open Culture