Vol d'une relique mormone dans une librairie

Clément Solym - 31.05.2012

Edition - International - mormon - livre - bible


Les reliques littéraires mormones valent leur pesant d'or. A l'instar des plaques d'or du livre de Mormon qu'aurait découvert Joseph Smith, les premières retranscriptions papier de la révélation chiffrent haut. En 1979 un particulier avait acheté la bible familiale de Smith pour un million et demi de dollars. Pas de doute que si leur valeur théologique et littéraire est contestable, les ouvrages mormons attirent les intentions les moins louables.


 

Ce week-end, un exemplaire de la première édition du livre de mormon a été subtilisé d'une librairie de Mesa dans l'Arizona. Tenu par Helen Schlie, une vénérable mormone de 88 ans, l'établissement faisait office de pèlerinage pour ses coreligionnaires venus toucher le livre imprimé en 1830. Artefact qui était passé entre les mains du fondateur, ce volume attirait de nombreux missionnaires en quête de foi et d'authenticité. « Je dis aux gens qu'ils partagent leur ADN avec Joseph Smith en personne », explique Mme Schlie. Mais pour le malfaiteur, l'intérêt est tout autre. Le vol pourrait se relever bien lucratif puisque le livre est estimé à une centaine de milliers de dollars alors même qu'il en existe encore plusieurs milliers de ce même tirage.

 

Page à vendre à l'unité

 

Ce n'est que lundi que la vieille dame s'est rendu compte du larcin quand deux disciples de l'église venues d'Asie ont demandé à le voir. Comme à l'accoutumée, la libraire avait simplement placé le livre dans une boîte ignifugée dans un placard non verrouillé. Comble de malchance ou de légèreté, le livre n'est pas assuré. Pourtant, Mme Schlie n'ignorait pas la valeur du livre et avait créé la polémique. En 2005, elle avait commencé à vendre des pages à l'unité du livre moyennant 2.500 à 4.000 $ dans l'optique de le faire partager au plus grand nombre. Le livre saint aurait une quarantaine de pages manquantes, le rendant potentiellement identifiable.

 

À un autre de profiter du business ?

 

Via Arizona Republic