Volumen/Interforum : Le SLF inquiet des "conséquences sur la librairie"

Nicolas Gary - 31.03.2015

Edition - Librairies - librairies France - distribution diffusion - Volumen Interforum


Le Syndicat de la librairie française a réagi à l'annonce de négociations exclusives, entamées entre le groupe La Martinière et le groupe Editis. Le rapprochement entre les deux sociétés, évoqué hier dans nos colonnes, appelle plus d'informations, estime le SLF. Ce dernier a demandé des précisions « sur les modalités de cession », afin d'en « mesurer les conséquences sur la librairie ».

 

 

Matthieu de Montchalin, président du SLF - ActuaLitté, CC BY SA 20

 

 

Hervé de la Martinière, PDG expliquait son choix : « Dans un contexte économique exigeant, les groupes d'édition la Martinière et Editis entament une négociation exclusive, en vue d'un rapprochement de leurs activités de diffusion et de distribution. »

 

Les discussions entamées entre Hervé de la Martinière, et Alain Kouck, autour des activités de diffusion-distribution de Volumen, filiale du groupe La Martinière, préoccupent le Syndicat. Et de souligner : 

Volumen diffuse et distribue des éditeurs très implantés en librairie comme Le Seuil, Le Seuil jeunesse, La Martinière, Anne-Marie Metaillié, Arléa, Bourgois, Corti, Ères, Le Tripode, Minuit, l'Olivier, Sabine Wespieser, Tallandier, Viviane Hamy, Zulma... Cette opération de concentration peut donc potentiellement avoir des conséquences importantes pour les librairies qui ont à cœur de défendre au quotidien les catalogues de ces éditeurs et de bien d'autres diffusés et distribués aujourd'hui par Volumen.

 

De la sorte, le SLF, attentif à ce que les librairies restent au cœur de la stratégie des deux sociétés, « a sollicité les PDG de La Martinière et d'Editis, afin de les rencontrer rapidement et de recueillir auprès d'eux des précisions permettant de mesurer l'impact de cette cession sur l'organisation de la diffusion et de la distribution et sur l'activité des librairies ».

 

Dans un communiqué diffusé par le groupe La Martinière, le rapprochement entre les deux sociétés vise à « la constitution d'un pôle de diffusion distribution renforcé afin de répondre aux enjeux du marché du livre de demain ».

 

De son côté, le groupe Editis a diffusé un message interne soulignant que le projet de rapprochement « permettrait la constitution d'un pôle de diffusion/distribution renforcé pour répondre aux enjeux du marché du livre de demain ».