Vus à la télé, mais interdiction d'en parler

Clément Solym - 20.10.2010

Edition - Justice - enquête - abus - publicite


Bien mal acquis ne profite jamais, « Nous l'allons montrer tout à l'heure », comme disait La Fontaine. Et il reviendra à l'Advertising Standards Authority, organisme en charge de contrôler l'usage et les messages publicitaires de trancher.

La question est simple : est-ce que la campagne menée par le libraire WH Smith autour du Book Club Richard and Judy est conforme aux exigences en vigueur. Pour Channel 4, qui avait employé les deux animateurs dans un club de lecture télévisuel, la réponse est clairement non. (notre actualitté)

Tout simplement parce que dans un sport télé, les deux présentateurs ont eu une phrase malheureuse, qui créerait la confusion dans l'esprit des consommateurs.

Évoquant leur passé sur Channel 4, Richard et Judy, qui travaillent maintenant pour WH Smith, ne devraient en effet pas avoir l'autorisation de mentionner leur activité sur Channel 4, estime la chaîne.

L'Autorité devra donc se prononcer sur la question, et juger si la publicité de Richard et Judy contrevient aux règles de la concurrence, rapporte The Bookseller.

Le porte-parole de l'ASA explique qu'il est difficile de savoir pour le moment combien de temps va durer l'enquête, mais leurs services vont faire en sorte d'agir le plus rapidement possible. Quant à WH Smith, ils ont estimé qu'il n'y avait pas de commentaires plus particuliers que cela à faire.