Walrus annonce Le Labo, espace expérimental d'écriture pour les auteurs

Clément Solym - 31.01.2017

Edition - Les maisons - expériences écriture éditeur - Labo Walrus auteurs - publication vendre livres


S’inscrivant dans une démarche d’éditeur – et pas de distributeur – Walrus a décidé de monter « Le Labo ». Cet espace expérimental de publication se consacrera aux textes courts, tournés vers l’imaginaire, le pulp, et autres mauvais genres. « Le but est justement de se confronter au regard du public, et d’évoluer avec et grâce à lui. »

 

 

 

Tout partira d’une véritable sélection de textes, qui seront retravaillés avant publication, avec un modèle de rétribution forfaitaire. « À la manière des anciens magazines pulp, nous avons choisi de rémunérer les auteurs au forfait », précisent à ActuaLitté les éditions Walrus.

 

Le tout avec un principe simple : aucune exclusivité n’est consentie par les auteurs, qui conservent l’intégralité de leurs droits. « Libre à eux de republier ailleurs, de proposer leurs textes à d’autres maisons, une fois retravaillés. C’est dans la logique des choses, aujourd’hui, mais surtout dans l’intérêt des auteurs », poursuit la maison.

 

De quoi expliquer également le principe économique même : « Publier gratuitement des textes non corrigés, c’est facile : tout le monde le fait déjà – et même un certain Amazon a décidé de jeter l’éponge sur ce principe. » Le montant déclaré est de 10 €, pour un texte de 20.000 signes maximum, « loin d’être honteux si l’on regarde les pratiques actuelles », insiste Walrus.

 

Walrus ne demande aucune cession de droits, ni exclusivité pour les textes retravaillés et publiés : libre à chacun et chacune de le republier ailleurs ou de le proposer à d’autres. L’auteur·trice conserve l’intégralité de ses droits moraux et patrimoniaux.
Nous nous engageons à ce que chaque publication soit une manière de grandir, de s’améliorer, d’apprendre, aussi bien du point de vue créatif qu’éditorial  — nous avons aussi des choses à apprendre de vous ;

 

Et de préciser : « L’idée pour Walrus n’est pas de gagner de l’argent avec ces textes — nous savons d’expérience qu’il est très difficile d’en gagner avec des textes courts, d’autant plus en numérique, mais aussi en papier, et c’est aussi pourquoi de nombreuses anthologies ne rémunèrent pas leurs auteurs. Mais nous tenons à ce qu’il y ait rémunération, aussi symbolique soit-elle. »

 

Non pas un tuyau distributeur – à la manière de Wattpad et de toutes les structures similaires –, mais bien une volonté de créer un système qui, conscient des difficultés, « préfère partir de ce qu’il veut obtenir plutôt que de se limiter aux contraintes budgétaires. D’autant que nous disposons de beaucoup de compétences en interne. A contrario, les distributeurs n’interviennent pas sur l’aspect éditorial : ce sont des tuyaux, avant tout ».

 

Conscient, et même plus : « Avoir de hautes ambitions éditoriales nous semble être la priorité, et on part sur des bases modestes. Mais on veut tout faire pour ensuite trouver des sources de financement éthiques et équitables pour faire grandir le projet. La question est juste de savoir lesquelles. Mais on trouvera. »

 

À ce titre, les lecteurs pourront accéder aux textes publiés, avec une solution de financement participatif. Pas du crowdfunding avec des objectifs chiffrés, mais un principe de cagnotte collaborative, opéré par Tipeee.

 

« Chaque visiteur sera libre de soutenir ou non le Labo, à hauteur de ses moyens. Puisque nous finançons l’initiative sur nos propres deniers, cette cagnotte ne sera pas du luxe. Elle permettra à Walrus, à terme, de publier — et de mieux rémunérer — davantage de textes dans le Labo. D’une certaine manière, la lecture du Labo sera payante… mais le prix restera libre. »

 

Et bien entendu, si la cagnotte prend en volume, ce sont les auteurs qui en profiteront en premier. « Nous envisageons aussi de publier régulièrement des compilations des textes sélectionnés sous forme d’anthologies numériques et en impression à la demande. »

 

Le Labo verra le jour d’ici quelques semaines, mais en attendant, il est possible de prendre de plus amples renseignements en contactant manuscrit@walrus-books.com.

 

plus d'informations