Weblib en bibliothèques : Des ordinateurs gratuits ? Pas si vite

Clément Solym - 01.03.2011

Edition - Bibliothèques - weblib - bibliothèques - ordinateurs


Le prêt gratuit de portables organisé dans certaines bibliothèques parisiennes, par la Mairie, en collaboration avec la société Weblib, a fait grincer des dents l'intersyndicale. Cette opération « va accroître les tâches de service public (accompagnement, explication, prêt, gestion des conflits, recharge des batteries et gestion des problèmes informatiques) sans création de postes », reprochait le Supap-FSU.

Depuis vendredi dernier, les détails de l'opération Weblib ont été discutés avec la Direction des Affaires parisiennes et une délégation FO et Supap. Six points majeurs sont retenus par les syndicats, soit autant de raisons de s'opposer au lancement de cette campagne.
  • le passage en Comité Technique Paritaire est obligatoire
  • c’est une opération au bénéfice d’une société commerciale, ce n’est pas notre rôle
  • c’est la création d’un service sans création de postes
  • c’est une augmentation de la charge de travail (qui vient après de nombreuses autres : changement des quotas de prêt et de réservation, suppression des agents de sécurité, etc.…)
  • la multiplication des problèmes du multimédia
  • le manque d’ordinateur pour le travail intérieur
Cependant, au terme de leur rencontre, la DAC estime que l'expérimentation n'aura aucune incidence sur l'organisation du travail et prend place dans le cadre d'un service déjà existant. Aussi, le passage en Comité Technique Paritaire n'est pas nécessaire. « C’est une interprétation des textes avec laquelle nous sommes en désaccord. Nous la poserons donc au prochain C.T.P !. Le contact avec l'ensemble des syndicats des bibliothèques est pris en ce sens », soulignent les syndicats.


En ce qui concerne le temps que les employés devront déployer pour cette expérimentation, la DAC considère également qu'elle ne sera nullement chronophage.

« Si cette expérimentation, pour le moment gratuite, est pérennisée, combien coûtera-t-elle ? Rappelons que weblib est une société commerciale de location. Restera telle gratuite pour les usagers ? Quelles en seront les conséquences sur nos budgets en baisse et gelés jusqu’en 2014 (dixit séminaire des responsables d’établissement du jeudi 10 février 2011) ? » questionnait par ailleurs les syndicats. (notre actualitté)

« En ce qui concerne les postes informatiques qui nous manquent cruellement dans nos établissements, ils devraient être livrés de façon échelonnée sur l’année 2011 (à partir de fin avril) mais il est question de 70 postes pour l’ensemble des bibliothèques… ce qui paraît totalement insuffisant. La Ville de Paris reste sourde à nos doléances et prétend qu’il s’agit d’un manque d’information du personnel. »