WH Smith se débat dans son exclusivité sur les guides de voyage

Clément Solym - 06.07.2009

Edition - Société - Smith - débattre - exclusivité


Après un quasi-mutisme inquiétant, le libraire WH Smith, insulté et taxé (silencieusement, plus ou moins) de tous les noms d'oiseaux suit à l'accord exclusif passé avec Penguin sur la vente de guides de voyage en aéroport, s'est décidé à parler. Bien. Mais qu'a-t-il dit ? Rien. Ou presque.

Kate Swann, la directrice exécutive a tenté de trouver quelques arguments pour répondre à cette situation décrite comme « injuste et limitant le choix des clients, et des éditeurs dans la possibilité de vendre des livres et de gagner leur vie ». Revenant sur le nombre d'établissements dérisoires, 265 sur 459 magasins, et les plaintes reçues par l'Office of Fair Trading - trois en tout - cette dernière n'était pas des plus à l'aise.

Certes, le secteur du livre de voyage ne représente pas un morceau dans lequel WH Smith pèse lourdement, avec moins de 5 % du marché. Mais comme ce qui compte, ce sont les réactions des clients et que ces derniers sont satisfaits, répète-t-elle, alors aucune raison de s'émouvoir de la situation.

Du côté de la Guilde des auteurs de guides, Melissa Shales reste dubitative : comment ont-ils calculé et mesuré l'impact de cette mise en place, et les réactions des clients ? De même, alors que nous entrons en pleine période estivale, si préjudice il y a, il faudra qu'il soit d'une manière ou d'une autre compensé et que les mesures appropriées soient mises en place.

Deux éléments s'opposent néanmoins dans cette histoire : d'abord la restriction du choix, mais d'autre part, l'achat même du guide : est-ce réellement à quelques minutes ou heures de son départ que l'on se soucie de savoir ce qu'il y aura à visiter ?