WHSmith ne capitalisera pas sur la disparition de HMV

Julien Helmlinger - 29.01.2013

Edition - Economie - WHSmith - HMV - Economie


Outre la commercialisation de livres et de papeterie, WHSmith au Royaume-Uni c'était également un revendeur de musique parmi les plus importants du marché pendant l'âge d'or du disque compact. Mais alors que l'enseigne a sensiblement réduit au cours la dernière décennie ses effectifs alloués au commerce de CD et DVD, et ce, jusqu'à ce que cette branche ne représente moins de 2 % de ses ventes, elle a affirmé ne pas avoir l'ambition de rétablir ces opérations avec la disparition de HMV.

  

 

 

Kate Swann, PDG de l'enseigne, interrogée par le Financial Times qui souhaitait savoir si elle renforcerait ses investissements après la disparition de HMV, a déclaré que le « divertissement au détail n'est tout simplement pas rentable ».

 

Selon elle il n'est pas possible de satisfaire la demande des consommateurs et de gagner de l'argent avec la structure actuelle du marché. Et dans l'état, l'entreprise n'est catégoriquement pas prête à reconsidérer la question.

 

Un positionnement qui n'a finalement rien d'étonnant lorsque l'on considère que WHSmith se trouvait également en difficulté avant de retrouver une certaine stabilité sous la direction de Kate Swann. Un redressement qui avait nécessité notamment la réduction des coûts de l'entreprise et l'abandon du marché du divertissement.