eGranary, une carte SD pour réduire la fracture numérique, sans internet

Clémence Chouvelon - 27.05.2015

Edition - International - eGranary - alternative internet - fracture numérique


Sur les quelque 7,1 milliards de personnes sur terre, seule une minorité (3,1 milliards) a accès à internet. Une fracture numérique qu'une association américaine de Caroline du Nord, WiderNet Project, tente de résorber par des moyens alternatifs à l'internet. Leur projet, eGranary, repose sur le don aux populations non-connectées d'outils de stockage de données (disques durs, cartes SD) leur permettant de s'instruire indépendamment d'Internet.  

 

 

 

L'association, au début des années 2000, a distribué des disques durs externes à des communautés qui n'avaient pas accès à Internet, en Afrique notamment. Dans ces disques durs, une pluralité de connaissances accessibles, comme l'entière base de données de Wikipédia ou près de 3000 vidéos de la Khan Academy (une association qui produit des cours et tutoriels vidéo en ligne sur diverses thématiques, des mathématiques à l'art pictural).

 

Par ce moyen, l'ensemble des données est accessible sur des machines non connectées à internet, mais connectées entre elles, ce qui permet un transfert d'informations efficace. 

 

Leur but est de développer ce concept, mais d'une manière plus « portative », cette fois-ci. « eGranary Pocket Library » est une carte SD adaptée aux téléphones ou tablettes. Pour mener à bien ce projet, ils ont lancé une campagne de crowdfunding, dont les fonds (de 60.000 $) serviront à financer le développement de ces cartes SD. La somme de réserve a été atteinte et au jour d'aujourd'hui, 62.442 $ ont été récoltés. 

 

À long terme, ce système devrait permettre aux organismes locaux et utilisateurs de créer leur propre contenu : « L'une des raisons pour laquelle nous construisons ces microplateformes est de permettre aux organisations locales, de santé par exemple, de construire leur propre site web », explique Cliff Missen, le fondateur de WiderNet « être créateur de contenus et non plus de simples consommateurs de contenu est la clef ». 

 

Chacune de ces « bibliothèques portatives » est personnalisée selon le public à qui elle est destinée. L'association a créé une bibliothèque portative de 25.000 documents, consacrée à Ebola, en collaboration avec des organismes comme l'Organisation mondiale de la santé, ou STEM library pocket, un ensemble de données pour apprendre la technologie et les sciences aux jeunes femmes. (via FastcoExist