Wikipédia en mesure de prédire les propagations d'épidémie — presque

Clément Solym - 20.11.2014

Edition - International - Wikipedia encyclopédie - prédictions science - maladies scientifiques


Les rêves d'Isaac Asimov seront-ils demain réalité ? L'inventeur de la psychohistoire, une discipline en mesure de prédire l'avenir, et donc de le modifier, trouverait une première application, au travers de l'encyclopédie Wikipédia. En effet, les articles publiés dans l'encyclopédie permettraient aux scientifiques de réaliser des prédictions relatives aux propagations de maladie, assure une étude publiée dans la revue PLoS Computational Biology.

 

 

 

 

Les scientifiques du Laboratoire national de Los Alamos, située au Nouveau-Mexique, ont montré que, dans plusieurs cas, ils étaient parvenus, grâce à Wikipédia, à disposer de 28 jours d'avance sur l'évolution d'une épidémie de dengue, au Brésil. « Nous avons comparé le nombre de visites sur la page Dengue, en portugais, et tous les liens de cette page, pointant vers le site du ministère de la Santé », assure Sara del Valle, directrice de recherche. 

 

En considérant que les internautes se ruent sur le web pour trouver des informations, les consultations d'articles de l'encyclopédie auraient des vertus prédictives non négligeables. « Un système mondial de prévision des maladies changera la manière dont nous répondons aux épidémies », poursuit-elle. 

 

Ainsi, de même que l'on consulte la météo chaque matin, les consultations de pages Wikipédia donneraient des tendances qui révèlent des inquiétudes spécifiques à un peuple. Or, le cas du Brésil n'est pas anecdotique : d'autres pays ont été passés au crible de cette manière, permettant de compenser l'absence de données fiables des ministères de la Santé de certains pays. 

 

Cependant, des parasites interviennent : une recrudescence de recherches effectuées sur le terme Ebola, depuis le territoire américain, ne signifie pas nécessairement que le virus est arrivé aux États-Unis. L'encyclopédie a cependant été privilégiée, par rapport à d'autres canaux comme Twitter ou Google Trends, qui n'apportaient qu'une information partiale et partielle. On ne pourra donc pas recourir aveuglément à l'encyclopédie en ligne pour avoir des prophéties immédiates et assurées, mais le futur est en marche.

 

Et Asimov doit bicher...