Wilbur Smith signe pour 15 millions £, sans avoir à écrire un livre

Clément Solym - 11.12.2012

Edition - International - Wilbur Smith - contrat - millions


Le romancier Wilbur Smith vient de signer un contrat de 15 millions £, avec l'éditeur HarperCollins, pour la réalisation de 6 livres à venir. Mais ce qui est particulièrement bien fait, c'est que l'auteur n'aura pas à écrire une seule ligne. Âgé de 79 ans, avec plus de 122 millions d'exemplaires écoulés depuis 1964, ce dernier a introduit une clause expresse : s'entourer de collaborateurs soigneusement sélectionnés...

 

 

 

Rusé, le renard ? Pour obtenir un contrat de 15 millions £ à cet âge vénérable, il faut l'être, mais également disposer d'un agent solide sur les négociations. Le projet est simple : six ouvrages en trois ans. Et pour l'heure, l'écrivain aurait déjà défini le caractère des personnages et le contour des intrigues. Il n'y aura plus qu'à écrire les livres, en somme. 

 

Cette information tombe peu après que le romancier a quitté officiellement son éditeur historique, Pan Macmillan, qui avait publié ses livres durant 45 ans, pour rejoindre donc HarperCollins. « J'ai plein de livres dans ma tête, qui réclament d'être écrits », assure-t-il. Et pour satisfaire ses lecteurs, l'arrivée de coauteurs, destinée à exécuter plus rapidement l'écriture des livres serait une entorse que Wilbur accepterait de faire. 

 

« Pour eux, je suis prêt à modifier mes méthodes de travail, afin que les histoires qui sont dans ma tête sortent plus fréquemment », promet-il. Et comme des Tom Clancy ou des James Patterson et même Clive Cussler ont partagé la rédaction de leurs livres avec des coauteurs, pourquoi ne pas céder à l'appel des lecteurs ?

 

C'est qu'au fil du temps, Wilbur a ralenti le nombre de livres qu'il écrivait, du fait de l'âge, justement, et de la fatigue occasionnée. Sauf que les fans ne veulent pas savoir et ont soif de nouvelles aventures. « Au cours des dernières années, mes fans m'ont clairement fait savoir qu'ils aimeraient lire mes romans et retrouver ma famille de personnages plus rapidement que je ne peux leur donner vie », reconnaît-il. 

 

Alors, des nègres... pourquoi pas ? Anna Davis, agent littéraire de l'agence Curtis Brown assure que le concept n'est pas nouveau, Alexandre Dumas lui-même ne s'était pas privé de puiser dans l'imaginaire de tiers de quoi alimenter les livres qu'il signait. Peut-être que la cagnotte n'était cependant pas de 15 millions £... Une forte, très forte somme, certes, mais l'on n'a rien sans rien. Surtout que les éditeurs n'aiment pas que ce type d'information soit révélé. 

 

D'ailleurs, HarperCollins s'est empressé de corriger le tir, assurant que les ouvrages ne seraient pas l'oeuvre de nègre. Pourtant, Smith assurait lui-même qu'il se concentrerait sur les grandes lignes et l'intrigue, ainsi que les traits de caractère des personnages, laissant l'écriture à proprement parler aux autres auteurs.

 

HarperCollins ne souhaite pas donner de plus amples informations, sinon que le premier titre paraîtra en 2014. Et pas un mot sur de possibles coécritures.

 

En France, ses titres ont été publiés principalement chez Presses de la Cité, mais également chez Omnibus.