Xavier Darcos et Christine Albanel, main dans la main ?

Clément Solym - 27.12.2007

Edition - Société - Christine Albanel - Xavier Darcos - Éducation


Hier, les deux ministres justiciers Xavier Darcos et Christine Albanel ont été tirés de leur repas post-réveillon, durant lequel ils mangeaient les restes des précédents repas comme tout le monde. Comment ça, vous n'y croyez pas ? Bah, êtres de peu de foie, gras, comme la matinée qui vous attend...

C'était Éric Gross qui les dérangeait. On lui avait donné des feutres et quelques feuilles et au lieu de faire un joli dessin, il avait rédigé un rapport en sa qualité d'Inspecteur général de l'Éducation nationale pour « donner à la société française l'impulsion décisive pour qu'elle accorde, dans l'éducation de ses jeunes, la même place à la culture et aux arts que celle qu'elle a fini par accorder au sport ».

« Il fait rien qu'à faire l'intéressant », a chuchoté Christine, tandis que Xavier tentait de lui lancer de la purée de marron au visage. Mais pas découragé pour autant, Éric a a énuméré tout un tas d'activités super cool que les jeunes devront désormais faire.

Tout d'abord, il veut rendre la visite de « quelques-unes des institutions culturelles majeures » obligatoire. Il pense bien sûr au Louvre (60 % des Français n'y auraient jamais mis les pieds...), au quai Branly, au musée Guimet (je ne peux qu'appuyer, pour ce dernier au moins...). Et pour ce faire, il souhaite la création « près de Paris, un centre capable d'héberger en permanence 500 élèves pour des séjours de 24 à 48 heures ». Super top idée !

Et dans les classes ? Facile, instaurons donc « une vie culturelle animée par le centre de documentation, par l'existence d'un lieu d'exposition voire par celle d'un ciné-club », suggère-t-il. Et puis, comme on rendra l'accès au musée et aux monuments nationaux gratuit pour les professeurs, ils s'instruiront d'une super connaissance trop puissante qu'ils transmettront hyper facilement aux elèves...

De toute façon, on va les cadrer un peu plus, les profs, justement, durant leur formation. Il envisage un enseignement d'histoire des arts et d'éducation à l'image, donc la création d'un Capes et d'une Agreg spécialisés. Ensuite, les lauréats sortis de ces formations partiront sur les routes de France à destination des IUFM pour former les gens à leur tour. Le but ? « Mettre l’accent sur la dimension artistique et culturelle ».

D'ailleurs, la télévision aura son rôle à jouer, avec des chaînes comme France 5, on vise la « généralisation de contrats de développement de l’éducation artistique et culturelle ». Des vidéos éducatives à destination des écoles, les collectivités incitées à prendre des initiatives. Pas de programme imposé par le gouvernement, mais des mouvement impulsés par des dynamiques locales...



Enfin, dans le monde merveilleux d'Éric, le chèque emploi service paierait des cours de dessin ou de peinture, ou de musique, ou alors, les parents bénéficieraient d'un crédit d'impôt s'ils donnent des cours de ce genre à leur progéniture. C'est connu : « À l’école, les enfants apprennent à lire mais pas à voir. » Et puis dès la rentrée 2008, l'enseignement de l'histoire des arts pourrait devenir obligatoire...

Xavier et Christine, encore dégoûtés, d'avoir été interrompus durant leur repas d'amoureux et encore sur la digestion ont précisé qu'ils donneraient leur réponse fin janvier sur les « 28 propositions et recommandations » d'Éric.

Pour approfondir

Editeur : Cherche Midi
Genre : monographie /...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782749133539

La Maison Des Mathematiques

J'achète ce livre grand format à €