Xavier Darcos s'emmêle dans le programme d'histoire

Clément Solym - 31.10.2008

Edition - Société - Darcos - histoire - politique


Alors que le ministre de l’Education nationale était interrogé dans le cadre de la Mission d’information sur les questions mémorielles (née en mars 2008 face à la proposition du président de confier aux élèves de CM2 la mémoire d’un enfant juif déporté), il s’est proprement emmêlé dans des formules plus que douteuses.

Xavier Darcos a proposé que le Parlement joue un rôle prescriptif dans l’enseignement de l’Histoire : « Est-ce qu'il ne faudrait pas qu'une bonne fois pour toutes ce que nous considérons comme devant être enseigné aux élèves soit prescrit par la représentation nationale ? ». Une telle idée n’a pas manqué de susciter une levée de boucliers de la part de nombreux historiens et syndicats d’enseignants. L’incursion du politique dans le traitement éducatif de l’Histoire tient lieu d’une collusion à éviter.

Le ministre s’est donc expliqué sur les mots qu’il avait employés afin de désamorcer la nouvelle polémique qui est née de prises de position peu légitimes. Pierre Nora, historien et président de l’association Liberté pour l’histoire a finalement été contacté par le ministre pour faire tomber toutes les incompréhensions et les peurs de chacun. Le débat de l’entremêlement de l’Histoire et de la politique est finalement toujours ouvert…