medias

Zoreil Chapé : “Une demande de retrait de livre est une demande de censure”

Antoine Oury - 17.06.2020

Edition - Société - zoreil chape livre - zoreil chape censure - petition livre censure


À La Réunion, la vente d'un ouvrage a créé la polémique : Zoreil Chapé, signé par Matthieu Chalange et publié par les éditions Poisson Rouge, est qualifié de « sexiste et misogyne » et de « produit d’une histoire de violence coloniale », par une pétition signée par près de 5000 personnes. Cette pétition demande le retrait du livre des librairies, ce qui s'apparente à « une demande de censure », indique l'Observatoire de la liberté de création de la Ligue des droits de l'Homme.

umpffgrr!!!! (against censorship!!)


Depuis un peu plus d'une semaine, une pétition mise en ligne sur Avaaz réclame le retrait des librairies de l'île de La Réunion du livre Zoreil Chapé, signé par Matthieu Chalange et publié par les éditions Poisson Rouge. « Nous avons dans ce livre, l’archétype de l’occidental à la recherche d’exotisme qui tente de trouver un sens à sa vie ennuyeuse. Plages, cocotiers, filles en bikini et sable fin… Julien [personnage principal du livre, NdR] incarne le colon blanc moderne porteur du fantasme exotique et des rêveries occidentales qui placent les femmes réunionnaises en tant qu’objet hypersexualisé », indique le texte de la pétition.

« Je comprends tout de même qu'on déteste le livre », reconnaissait l'éditrice du texte, sollicitée par ActuaLitté, qui défendait avant tout l'ouvrage, refusant de donner suite aux demandes de la pétition : « [L]e langage est cru, certaines scènes obscènes, et la critique du comportement des métropolitains en quête du bonheur dans les îles est acerbe. Je ne pense pas qu'il dégrade l'image des femmes dont il fait le portrait, il montre leur grande solitude, comme celle du héros d'ailleurs. »
 

Touche pas à ma fiction


L'Observatoire de la liberté de création de la Ligue des Droits de l'Homme (LDH), qui met en garde contre les atteintes à la libre diffusion des œuvres, avait demandé à la maison d'édition un exemplaire de l'œuvre, pour pouvoir intervenir en connaissance de cause.

Contactés par ActuaLitté, Agnès Tricoire, Jean-Claude Bologne et Daniel Véron, codélégués de l'Observatoire de la liberté de création de la LDH, estiment qu'« une demande de retrait de livre est une demande de censure, et celle-ci doit être assumée comme telle par l'auteur de cette pétition ».

Ils rappellent par ailleurs que seul un tribunal peut trancher, lorsque l'on associe de tels qualificatifs à une œuvre : « Si ce livre est considéré comme raciste et sexiste, il s'agit de délits qui relèvent éventuellement des tribunaux, lesquels, à notre connaissance, n'ont pas été saisis. La loi protège la libre circulation des œuvres et seul un tribunal peut décider d'en restreindre ou d'en interdire la diffusion. »
 
Cela dit, l'Observatoire de la liberté de création reconnaît que le débat autour du livre et, dans une certaine mesure, la pétition, restent de l'ordre d'une liberté d'expression tout aussi saine, dans le cadre d'une démocratie.

« Il est en revanche du ressort de tout citoyen ou de toute citoyenne d'engager un débat sur une œuvre qu'il ou elle considère comme choquante. D'en questionner la dimension fictionnelle, à condition d'argumenter puisqu'en l'espèce le livre est diffusé comme un roman. Ce débat est parfaitement légitime et doit avoir lieu, y compris sous la forme d'un questionnement de la responsabilité des uns et des autres », expliquent-ils.


Photographie : izarbeltza, CC BY-SA 2.0


Commentaires
Je reprends littéralement des propos essentiels de l'éditrice de ce livre non lu par moi: «...la critique du comportement des métropolitains en quête du bonheur dans les îles est acerbe».

Voilà qui est clair et net comme clarinette,ce me semble ?

Il ne s'agit pas d'une apologie de Julien le colonial pensant pouvoir utiliser l'autre,en état de dépendance économique,comme objet de plaisir censé colmater un peu son vide existentiel.

Si ce genre de situation existe,elle correspond à l'adage qui devrait faire rentrer les censeurs dans leur caisse pour de bon...

«Rien de ce qui est humain ne m'est étranger»...!

Ni étranger à une vraie littérature libre à ne pas expurger et purifier...!



Si ce héros ou antihéros a un comportement de colonial sexiste, raciste...en déduire qu'il s'agit d'un LIVRE sexiste,répréhensible etc. est un glissement totalement délirant !

Si on ne publie plus que des vies de saints, des sensibilités religieuses différentes et les athées seront choqués !

Censurons Landru !

Censurons mon compatriote Simenon !

Etc.

Mon questionnement de citoyen: de quel droit, via une pétition ou autrement, vouloir faire interdire ce livre ?

C'est cela qui me scandalise.

L'hygiénisme moral est une hydre qui peut croître de manière exponentielle si on finit par trouver cela normal; et il faut être plus ferme et clair que la réponse de l'Observatoire de la liberté de création.

Pour la fin qui est un peu floue et ampoulée...

Si on peut questionner et critiquer, même durement, ce livre-là comme tout autre tant sur le fond que sur la forme, il a le droit de vivre,point.

De quelle «responsabilité des uns et des autres» (?) s'agit-il, pour citer l'Observatoire ?

Que signifie cette risible mais néanmoins un peu agaçante formule parfaitement imprécise voire amphigourique ?

Pour bien observer quelque chose,on commence par éviter de se cacher derrière son petit doigt en tentant de vendre du vent.

Et laissons le public juger,aimer ou non cet ouvrage,s'y intéresser ou l'ignorer.

La stupide tentative de censure-périssologie !- peut agir comme une excellente pub gratuite !

Ce à quoi les virtuoses du maniement -même totalement intempestif -des ciseaux d'Anastasie qui grincent fort à force de sursollicitations abusives

ne pensent même pas !

Arroseurs arrosés, verdâtres aficionados de l'interdiction conférant du prestige aux réceptacles de leurs foudres dérisoires mais néanmoins toxiques, je n'irai point les essuyer comme un boy de colonial !

CHRISTIAN NAUWELAERS
Qu'on dénonce un essai sur les opinions qu'il contient peut se comprendre... Mais un roman ?

Décadence d'un monde dominé par les émotions... et certains groupes de pression qui veulent non seulement changer la société, mais le dessiner à leur image. On a vu ce que ça donnait dans le passé...
je remercie les signataires de cette pétition pour m'avoir fait découvrir un ouvrage que je n'aurais certainement jamais acheté autrement. Continuez votre purge, cela nous fait découvrir des pépites cachées.
Tiens donc !

Les tentatives de censure auraient-elles du bon ?

(Je plaisante mais ce qu'écrit Gauthier est vraiment édifiant et fait réfléchir !)

CHRISTIAN NAUWELAERS
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.