2,8 millions € pour rénover Malagar, ancienne demeure de François Mauriac

Maxim Simonienko - 01.02.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - françois mauriac demeure - région nouvelle aquitaine - exposition domaine malagar


« Je n’y habite que durant trois mois de l’année, mais c’est le temps où je me ressemble le plus », pouvait-on lire dans l'un des Blocs-notes de l'écrivain François Mauriac. Demeure familiale, le Domaine de Malagar est aujourd'hui l’un des emblèmes de la richesse littéraire et intellectuelle de la Nouvelle-Aquitaine. Pour le préserver, un plan d’aménagement et de restauration, évalué à 2,8 millions d’euros​,​​​​​​ a été récemment validé par la région.


Centre François Mauriac de Malagar / Région Nouvelle-Aquitaine
 

Auparavant orthographié « Malegarre », « Malagarre » ou encore « Mallagarre », les plus anciennes traces de l’histoire du domaine remontent au XVIe siècle. La longue lignée des Mauriac n'en fera l'acquisition qu'à la fin de la première moitié du XIXe siècle. 
 

Un héritage de l'Ancien Régime


Au départ, ce n'était qu'un fief rassemblant plusieurs maisons nobles de Saint-Macaire, puis une propriété de moines célestins de Verdelais. Ce n'est qu'en 1792, après la Révolution française, que le domaine est vendu comme Bien national. Six propriétaires se succèdent jusqu’en 1843, date à laquelle Jean Mauriac, arrière grand-père de l’écrivain, s’en porte acquéreur.

Il y fait de nombreux travaux et diversifie les sources de revenus (vin, fruits, blé, tabac et bétail). Il crée un potager, un jardin d’ornement et une double allée de charmes. Le grand-père de François Mauriac, Jacques Mauriac, fait construire, vers 1870, la tour du régisseur au bout des communs, ajoute un toit en ardoise sur le pavillon central et des fenêtres sur les deux façades.

À la mort de son mari Jean-Paul, Claire, mère de François Mauriac, fait bâtir le Chalet de Saint-Symphorien où la famille passe ses vacances d’été. Mais en 1903, la canicule incite la famille à se réfugier à Malagar. François, alors âgé de 18 ans, tombe amoureux du domaine dont il hérite le 1er janvier 1927.

Il décidera à son tour de laisser son empreinte à Malagar : amoureux des paysages de Toscane, il fait planter, en 1937, une allée de 130 cyprès, des pins parasols et une allée de peupliers d’Italie. En 1937, il agrandit la maison d’un cabinet de travail et de deux chambres.

En 1985, année du centenaire de la naissance de leur père, Claude, Luce, Claire et Jean, les quatre enfants de François Mauriac, font don du Domaine de Malagar et de son parc au Conseil régional d’Aquitaine. Le Centre François Mauriac voit le jour l’année suivante avec pour mission la conservation et l’animation du domaine.
 

Un monument régional sacré et constamment renouvelé


Classés monuments historiques, la Maison et les bâtiments connaissent une première vague de travaux de restauration menée par les architectes Eric Raffy et Jean-Pierre Errath. La bibliothèque et les bureaux sont aménagés et une salle de vinification est transformée en salle d’exposition permanente. La Maison n'ouvre au public qu'à partir de l'année 1997.

En 2002, la région Aquitaine se porte acquéreur de l’allée des cyprès et la restaure. En accord avec la Conservation Régionale des Monuments Historiques, les arbres malades sont remplacés. Deux jardiniers sont en charge de l’entretien des quatre hectares du parc. Grâce à leur travail, le grand tilleul de la cour intérieure obtient le label « Arbre remarquable de France », en 2018.

Pour les amoureux de grands espaces, Malagar offre un panorama sur la vallée de la Garonne, les vignobles du Sud-Gironde et la forêt des Landes. Quant aux plus littéraires, la visite du domaine et de la maison du Prix Nobel de littérature 1952 leur permettra de retracer son parcours en tant qu'écrivain et journaliste engagé.

Haut lieu touristique, le Domaine sert également d’écrin à un programme culturel s’adressant, tout au long de l’année, à tous les publics en accès gratuit.
 
La Région Nouvelle-Aquitaine investit en ce moment même dans un nouveau projet de développement du site et de diversification des publics marquant son engagement pour la défense des droits culturels en faveur de tous les citoyens.

Ce projet, confié au Centre François Mauriac de Malagar, s’accompagne d’un plan d’aménagement et de restauration du domaine évalué à 2,8 millions d’euros, dont l’objectif est de restaurer le domaine et de construire un nouveau bâtiment pour l’entretien du parc.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.