2500 estampes japonaises à télécharger grâce à la Bibliothèque du Congrès

Antoine Oury - 13.06.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - estampes japonaises - estampes gratuites - estampes Japon


La Bibliothèque du Congrès propose en téléchargement haute résolution, gratuitement, environ 2500 estampes et dessins des grands maîtres japonais, du XVIIe au XIXe siècle. Hiroshige, Kuniyoshi, Sadahide ou encore Yoshiiku sont représentés au sein de cette collection, qui permet d'admirer quelques-unes des plus grandes œuvres des mouvements Ukiyo-e et Yokohama-e.

 

Fūkeiga, Andō Hiroshige, publiée entre 1900 et 1940
 

L'estampe, ou impression sur bois, apparaît au Japon à la fin du XVIIe siècle, sous le nom « Ukiyo-e », ce qui signifie image d’un monde flottant, d'un monde éphémère : de nombreux artistes profitent d'une ère de paix et d'un perfectionnement des techniques de reproduction pour évoquer des paysages sereins et harmonieux à destination d'un public bourgeois. 

 

Jugées inoffensives au Japon, et parfois carrément sans intérêt, ces estampes captiveront un large public occidental au XIXe siècle. Tracé et aplats de couleurs, la technique utilisée pour les estampes japonaises est très reconnaissable.

 

Pleine lune, bateaux amarrés au port, montagnes gigantesques, lacs paisibles, mais aussi théâtres kabuki courtisanes ou scènes érotiques... Les représentations sont souvent très proches, et il faudrait plutôt parler de variations.

 

La production japonaise d'estampes est tout simplement faramineuse : avec l'engouement occidental, de nombreux artistes se tournent vers ce mode d'expression pour gagner leur vie. Des mouvements locaux se créent, même, comme le Yokohama-e, qui désigne les représentations du port de Yokohama, point d'arrivée des Occidentaux, tout simplement.
 

Des centaines d'affiches vintage du domaine public en accès libre

 

Plus de 2500 estampes et dessins sont disponibles sur le site de Bibliothèque du Congrès, totalement gratuits et libres de droits : c'est le moment de se faire plaisir.




via Open Culture