Rentrée littéraire : La fashion week des libraires


Ce 9 janvier, c’est l’anniversaire de la naissance de Simone de Beauvoir (1905-1980). Auteure de plusieurs essais, mais aussi de romans autobiographiques, elle restera avant tout une figure indissociable du féminisme. De son histoire d'amour avec Jean-Paul Sartre à ses plaidoyers pour la liberté, voici quelques faits méconnus de la vie de cette fervente écrivaine impliquée dans la condition féminine.

 

Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir - Domaine Public

 

 

1. Elle était intelligente. Très intelligente

 

Tu seras un homme, ma fille. Alors oui, ça peut paraître bizarre, mais le père de Simone de Beauvoir lui aurait répété qu’elle pensait comme un homme, ce qui n'est sûrement pas étranger aux combats qu'elle mènera plus tard... Brillante à l’école, elle aimait écrire depuis ses plus jeunes années. Au concours d'agrégation de philosophie, elle termine deuxième, juste derrière Jean-Paul Sartre, son futur amant qui était de trois ans son aîné.

 

2. Elle a conclu un pacte amoureux avec Sartre

 

Lorsque Jean-Paul Sartre est muté au Havre en 1931, Simone de Beauvoir est envoyée à Marseille. Elle refuse de l’épouser, mais, au lieu de se séparer, ils passent un accord, celui de l’« amour nécessaire » et des « amours contingents ». Sartre sera son amour nécessaire, intellectuel même, tandis que les amours contingents se succéderont. Malgré tout, elle gardera dans son cœur jusqu’à sa mort son amant américain Nelson Algren.

 

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre à Beijing par Liu Dong'ao (Xinhua News Agency), 1955

 

 

3. Elle était surnommée Castor

 

Si Jean-Paul Sartre et son ami René Maheu la surnommaient ainsi, c'est avant tout en référence à son nom de famille, Beauvoir, assez proche dans l’orthographe et la prononciation de « beaver » qui signifie castor en anglais. Et puis Sartre semblait aimer les castors, car, comme le dit l’auteure dans Mémoires d’une jeune fille rangée, ils « vont en bande et ont l’esprit constructeur ». Un peu comme elle en quelque sorte.

 

4. Elle était bisexuelle

 

Lorsqu’elle était enseignante, Simone de Beauvoir a entretenu plusieurs relations avec certaines de ses élèves. Avec l’une d’entres elles, Olga Kosakiewitch, elle formera un triangle amoureux avec son amour nécessaire, Jean-Paul Sartre, pendant plusieurs années. Elle sera renvoyée de son poste d’enseignante suite à une relation avec une autre élève, Bianca Bienenfeld.

 

5. Son premier roman a été refusé

 

Deux maisons d’édition, Gallimard et Grasset, n’ont pas souhaité ajouter son roman Primauté du spirituel, achevé en 1937, à leur catalogue. Son premier écrit à paraître fut donc L’Invitée, en 1943. En ce qui concerne son roman rejeté, il a finalement été publié en 1979 par Gallimard sous le titre Quand prime le spirituel.

 

À lire aussi : Simone de Beauvoir explique les raisons de son engagement féministe

 

6. Le Deuxième Sexe, une œuvre et une auteure contestées

 

Publié en 1949, le livre en deux tomes se vend dès les premières semaines à plus de 22.000 exemplaires. Il subit néanmoins (ou bénéficie, c'est selon) une campagne de dénigrement, à tel point qu’il avait été ajouté sur la liste des livres interdits du Vatican.

 

Il reste à ce jour l’un des piliers du féminisme. L'auteure, en tant que figure du féminisme, reste plus contestée : ainsi, dans Mémoires d'une jeune fille dérangée, Bianca Lamblin, une des élèves de Simone de Beauvoir au lycée Molière, écrivait : « Simone de Beauvoir puisait dans ses classes de jeunes filles une chair fraîche à laquelle elle goûtait avant de la refiler, ou faut-il dire plus grossièrement encore, de la rabattre sur Sartre. » Pour certains historiens, comme Marie-Jo Bonnet dans Simone de Beauvoir et les femmes, Simone de Beauvoir s'éloignait souvent de ses écrits dans sa vie, notamment amoureuse et sexuelle.

 

 

7. Elle a posé nue

 

Pour une seule photo, certes, mais toujours est-il que le cliché existe et que selon son auteur Art Shay, il ne s'agit pas d'une photo volée. Elle aurait été prise dans une salle de bain de Chicago en 1952, mais ne sera dévoilée aux yeux du public que presque cinquante ans après. En effet, Art Shay l’a fait paraître en 2000 dans son livre Album for an Age. Pour l’anecdote, Le nouvel Observateur avait ressorti la photo en couverture d'un numéro spécial sur Simone de Beauvoir, en 2008. Une image visiblement retouchée qui avait fait scandale auprès des foules et plus particulièrement des féministes.