70 ans plus tard, le British Council regrette d'avoir refusé un essai d'Orwell

Maxim Simonienko - 11.02.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - george orwell essai - george orwell cuisine - british council excuse


George Orwell, critique des habitudes alimentaires des Britanniques ? Qui l'eût cru ? Une institution gouvernementale, le British Council, a présenté ses excuses à l'écrivain pour avoir rejeté l'un de ses essais sur le sujet, il y a maintenant sept décennies.

George Orwell (NCMallory - CC BY 2.0)



Un essai refusé durant le rationnement post-guerre


« Lorsque les gens à l'étranger parlent des atouts culturels du Royaume-Uni, sa cuisine a tendance à figurer assez bas sur une liste dominée par l'éducation, les arts, la science, la musique et bien plus. Malgré cela, Orwell défend fermement notre cuisine - et la nourriture est l’un des meilleurs moyens par lequel différentes cultures du monde peuvent échanger des traditions et des connaissances pour apprendre et s’apprécier mutuellement », a déclaré Alasdair Donaldson, analyste politique principal du British Council.

Comme le souligne M.Donaldson, l'essai, intitulé British Cookery, défendait la nourriture des Anglais. Le texte, rédigé en 1946, a été rejeté par les membres du British Council. En cause, des inquiétudes liées aux conséquences de la publication d'un tel essai, à un moment où le Royaume-Uni était en période de rationnement après la Seconde Guerre mondiale.

La publication est accompagnée de la lettre d'excuses reçue par Orwell à l'époque, selon laquelle le sujet de la nourriture était trop « douloureux » et qu'il aurait été « malheureux et imprudent de le publier ».

©British Council


L’essai inclut également des recettes de plats britanniques, spécialement concoctés par Orwell. Ainsi, nous avons droit au pudding de Noël, à la tarte à la mélasse ou encore à la marmelade d’oranges (qui contenait d'ailleurs « trop de sucre et d’eau » selon une note de l'éditeur).
 

« Orwell était l'un des plus grands spécialistes de la politique et de la langue anglaise - mais les avis sont partagés sur sa marmelade d'oranges », a ajouté avec humour Alasdair Donaldson.
 

La Fondation Orwell is not impressed


La Fondation Orwell, qui offre chaque année des prix littéraires à la mémoire de l'écrivain, n'a pas été plus impressionnée que cela par la nouvelle. Jean Seaton, directeur de la Fondation, n'est pas aussi enthousiaste que Donaldson concernant l'image que renvoie Orwell de la cuisine britannique :

« Le British Council a rejeté l'essai d'Orwell ? Qu'est-ce qui était nouveau ? », a-t-il déclaré à ABC News. « Le British Council censurait également Orwell – il a fait passer la nourriture britannique pour horrible ! Au moins, le British Council l'a payé 30 guinées même s’ils ne l’ont pas publié ! »
 
La réputation d'Orwell a connu un retour en grâce ces dernières années. Témoin de son époque, Orwell était dans les années 1930 et 1940 chroniqueur, critique littéraire et romancier. De cette production variée, les œuvres au succès le plus durable sont deux textes publiés après la Seconde Guerre mondiale : La Ferme des animaux et surtout 1984, roman dans lequel il crée le concept de Big Brother, depuis passé dans le langage courant de la critique des techniques modernes de surveillance et de contrôle des individus.

L’essai complet est disponible sur le site Web du British Council.


via ABC News.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.