À découvrir, les illustrations gothiques de la Guerre des mondes par Edward Gorey

Laurène Bertelle - 23.05.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - la guerre des mondes illustration - Edward Gorey la guerre des mondes - H. G. Wells illustrations


Une exposition numérique de la Loyola University Chicago permet de découvrir une édition de La Guerre des mondes illustrée par l'américain Edward Gorey. Son style gothique, qui s'adapte à l'univers de H. G. Wells, nous replonge dans cette histoire d'invasion extraterrestre indémodable.




 

Edward Gorey est né et a vécu toute sa vie aux États-Unis, et pourtant son style, qualifié de « gothique », voire « victorien », semble tout droit venu d'Angleterre. Le dessinateur américain illustra plusieurs classiques, notamment La Guerre des mondes, dans une édition datant de 1960 publiée chez Looking Glass Library.

 

Ce roman d'anticipation, écrit par l'auteur britannique H. G. Wells à la fin du XIXe siècle, mettait en scène une invasion extraterrestre, qui fut adaptée par la suite par Orson Welles à la radio, puis par Steven Spielberg au cinéma. 

 

L'édition de 1960 illustrée par Edward Gorey n'est plus éditée ; le seul moyen de s'en procurer un exemplaire est d'acheter des exemplaires d’époque sur Internet ou en librairie spécialisée. Cependant, aujourd'hui, la Loyola University Chicago, en partenariat avec la Edward Gorey Charitable Trust, nous permet de redécouvrir sur son site les illustrations d'Eward Gorey, qui composent les pages de couverture ainsi que les premières pages de chaque chapitre du roman de Wells, grâce à une exposition numérique mise en lumière par le site Heavy Metal.

 

Selon le site Open Culture, les illustrations d'Edward Gorey s'inspireraient de celles qui ont accompagné pour la première fois le texte de H. G. Wells, lors de sa diffusion dans le magazine Pearson en 1897. Ces illustrations étaient alors réalisées par Warwick Goble, qu'Edward Gorey a adaptées à son style : « Pour évoquer un mélange complexe d'anticipation fascinante et d'effroi, Gorey n'a jamais eu besoin de rien de plus qu'une vieille maison, quelques silhouettes ou une paire d'yeux dans la pénombre. »