À Singapour, les collégiens troquent leur cartable pour un iPad

Clément Solym - 06.06.2011

Patrimoine et éducation - A l'international - ipad - college - singapour


Le remplacement des cartables pour les petits collégiens, par la tablette sortie des usines d'Apple, c'est presque l'avenir de l'école qui s'écrit, tout du moins en Corée du Sud et à Singapour. Et ces derniers sont très loin de s'en plaindre, comme l'explique Nicole Ong, 13 ans.

« J'aime l'iPad parce que nous n'avons plus besoin de porter des sacs remplis de livres et de cahiers », assure l'ado à l'AFP, qui l'interroge sur cette nouvelle manière de transporter manuels scolaires et trousse. C'est que, dans la région, les nouvelles technologies font rapidement des émules et que l'on trouve des applications dans la vie quotidienne, sans peine.

Depuis 2007, les ouvrages scolaires sont adaptés au format des tablettes en Corée du Sud, et les écoles disposent d'un réseau WiFi.

Et le ministère de l'Éducation souhaiterait qu'une bascule ferme s'opère dès 2012, pour en finir avec le papier. Pour Sam Han, expert en enseignement : « Internet est né aux États unis, mais des pays comme Singapour ou la Corée du Sud ont pris une longueur d'avance dans les infrastructures numériques. »

D'un côté, le gouvernement qui aide au financement, de l'autre des établissements qui encouragent cette mutation... Bilan des courses, constate Seah Hui Yong, enseignant à Nanyang, « l'enseignement n'est plus uniquement dirigé par le professeur ; les relations sont devenues plus interactives entre les élèves ». Dans son collège, Apple a alimenté 120 élèves et 16 enseignants en iPad, le tout pour une somme de 105.000 $ américains. Et dans deux ans, tout l'établissement devrait être complet.

Qiu Lin, psychologue spécialisé dans l'éducation, commente : « L'intégration des nouvelles technologies dans l'éducation va nécessairement s'accroître. Mais, au-delà des outils, l'essentiel est de mettre en place un bon curriculum et des méthodes d'enseignement qui favorisent la réflexion. »