À vos pupitres, prêts, lisez ! 15 minutes pour lire par jour, à l'école

Camille Cado - 25.03.2019

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Silence on lit opération - promotion lecture école - encourager lecture école


Silence, on lit ! est une association loi 1901 créée pour défendre la lecture et ses bénéfices par sa pratique quotidienne et collective. Depuis 2001, elle a développé le concept Silence, on lit ! invitant les établissements scolaires à instaurer un quart d’heure de lecture par jour. Inaugurée pour la première fois dans le lycée Tevfik Fikret (Ankara, Turquie) il y a 18 ans, l'initiative séduit de plus en plus et s'exporte aujourd'hui dans un collège genevois : une première. 

crédit : Silence, on lit ! 


Le projet a été imaginé en 2001 dans un lycée à Ankara (Turquie). Le but : redonner aux élèves le goût de la lecture sans contraintes scolaires. Ainsi, chaque jour, les étudiants sont invités à lire pendant 15 minutes un livre de leur choix. Roman, BD, manga, fiction, roman d'aventures, polar, peu importe du moment que les étudiants trouvent du plaisir à la lecture. 

« C'est aussi un moyen de lutter contre l’illettrisme, l’exclusion, le repli identitaire et la violence », assure l'association sur son site web. 
 


Depuis son lancement, entre 800 et 900 établissements français participent. Le concept a séduit plusieurs pays comme la Belgique, le Canada, le Maroc, le Cameroun et dernièrement, la Suisse. 

C'est d'abord en Lausanne en 2017, et plus particulièrement à l'école des Bergières, que les Suisses ont adopté le concept de Silence, on lit !. Puis, les écoles primaires genevoises De-Livron et de Pâquis-Centre. 
 

Promouvoir la lecture dans un collège


C'est aujourd'hui au cycle des Grandes-Communes — un établissement d'enseignement du secondaire — à Genève d'être séduit par l'initiative. À partir de ce lundi 25 mars, la cloche retentira chaque jour à 10h20 pour annoncer le quart d'heure de lecture. Élèves, mais aussi enseignants et personnel administratif, près de mille personnes participeront. 

« Il y a beaucoup d’élèves qui n’ont pas l’idée de prendre un livre quand ils s’ennuient », souligne Alyssa, élève en 9e (correspondant à la 5e en France). Joy, en 10e (4e en France) se réjouit du projet qui change des « livres ennuyeux » imposés en cours de français. 

« L’esprit, c’est de rester uniquement sur le plaisir de lire et pas du tout sur l’évaluation ou le retour à faire à l’école », assure Juan Garcia, directeur du cycle des Grandes-Communes, au Petit-Lancy (GE). « Cela devrait permettre aussi aux ados d’atteindre un peu de proximité avec eux-mêmes, car ils sont souvent sur leur téléphone ou les réseaux sociaux », rajoute-t-il.

400 ouvrages ont été ajoutés au stock de la médiathèque du cycle pour assurer un accès à tous les élèves, dont ceux qui n'auraient pas forcément les moyens de s'en procurer. Une dizaine de livres seront donc mis à disposition des élèves dans chaque classe.
 
« Ce projet pilote, relève, pour l'instant, d'initiatives locales. Ces initiatives sont prometteuses et correspondent aux aspirations de l'enseignement obligatoire, en matière d'incitation à la lecture », a souligné le Département de l'instruction publique. 

Pour annoncer le lancement de ce projet, des élèves ont réalisé des affiches qui ont ensuite été accrochées sur les murs de l'école :

<

>


Via 20 Minutes 



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.