Angleterre : Les volontaires remplacent les salariés en bibliothèque

Clément Solym - 17.08.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Royaume Uni - Bibliothèques - Politique


Dans le comté de Surrey au Royaume-Uni, un plan de remplacement du personnel salarié de certaines bibliothèques est finalement adopté. Des bénévoles vont désormais, et gratuitement, assurer leur rôle. Ce projet controversé verra le jour, malgré un précédent jugement rendu au mois d'avril (voir notre actualitté). La Haute Cour avait donné raison aux habitants, qui remettaient en question la légalité de la mesure. Le conseil municipal de la ville, malgré cette défaite avait néanmoins annoncé que la proposition restait valable.

 

 

 

 

Une nouvelle décision de justice intervient après que la viabilité du projet a été réexaminée. Les bénévoles devront prendre le relais du personnel salarié dans les dix établissements concernés. Cette nouvelle organisation prendra effet l'an prochain.

 

La précédente idée du conseil municipal avait été refusée par manque de garanties. Selon le juge Wilkie, il n'avait pas été démontré que les bénévoles bénéficieraient d'une formation suffisante ni pertinente. Les travaux ont donc repris avec de nouvelles consultations portant sur le plan de formation incriminé. La ville a finalement été en mesure de former 300 bénévoles, et a annoncé qu'il y en aurait d'autres par la suite. 

 

Pour ceux qui se sont opposés à cette nouvelle organisation du personnel des bibliothèques, la déception est grande. Le conseiller libéral démocrate, John Orrick, a déclaré : « Il était clair que le gouvernement conservateur allait maintenir son plan. »

 

La membre du cabinet attaché aux services à la communauté, la conservatrice Helyn Clack s'est exprimé pour la partie adverse : « Nous pouvons passer à autre chose maintenant après avoir été bloqués pendant quelques mois. » Elle affirme que la décision est juste, et que les garanties attendues ont été données par le conseil municipal. Selon elle, cette mesure améliorera la qualité de vie par l'action citoyenne tout en préservant les bibliothèques.

 

Pour le Surrey Libraries Action Movement, évidemment déçu par ce revirement, le gouvernement n'a pas économisé d'argent. Il ajoute en outre que la décision du juge Wilkie n'est toujours pas respectée, arguant qu'il avait recommandé une véritable consultation de la population locale.