Arts, culture et communication : dix années d'enseignement

Clément Solym - 29.07.2011

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - filieres - etudes - deps


Une étude complète sur les filières artistiques, culturelles et de la communication vient d'être présentée par le Déépartement des études, de la prospective et des statistiques et proposée au ministère de la Culture. Celle-ci brosse le tableau des différentes formations aujourd'hui suivies par un étudiant sur quinze, en métropole et outre-mer, sur l'année 2009, soit 155.000 personnes.


Le DEPS sert ici d'indicateur pour appréhender le « champ de l'enseignement culture ». Finalement, il en ressort que le nombre de personnes a cru de 2 % entre 1999 et 2009 pour les sections artistiques et culturelles, contre 58,4 % pour la communication.
Les filières artistiques et culturelles sont plus féminisées (61,8 %) que l’ensemble de l’enseignement supérieur (55,7 %). Les bacheliers littéraires (32,6 %) y sont les plus nombreux, devant les bacheliers scientifiques (25,4 %). Est pointée également une concentration parisienne des formations artistiques (34,2 %). À l’opposé, ces formations sont très rares dans les départements d’outre-mer, mais aussi dans les académies de Corse et de Limoges.

Dans les filières communication ce sont près des deux tiers des étudiants qui sont des femmes (65,8 % en 2009). Les bacheliers économiques (31,7 %) sont les plus nombreux devant les bacheliers littéraires (28,8 %), les bacheliers technologiques (17,4 %) et les bacheliers scientifiques (14,6 %). Un étudiant en communication sur cinq est à Paris.
« Très variées, ces formations sont fortement féminisées, plus souvent proposées dans un établissement d’enseignement privé que l’ensemble de l’enseignement supérieur et fortement concentrées à Paris. Le poids de l’université dans ce secteur a diminué en dix ans.

Les cursus licence et doctorat sont davantage représentés que dans les autres formations universitaires. En plein essor, les formations de communication sont essentiellement universitaires (79,6 %) et elles sont très fortement féminisées.
»

Un cinquième des étudiants en communication est inscrit
dans une école parisienne. Cette part élevée est cependant nettement inférieure à celle des formations artistiques et culturelles. Presque la moitié des étudiants en communication sont dans l’une des cinq plus grandes académies (Paris, Créteil, Lyon, Versailles et Bordeaux).

Le ministère de la Culture met également en exergue deux autres études portant sur le travail artistique et le salariat dans le monde du spectacle, également à découvrir sur le site du DEPS.

Formations artistiques, culturelles et en communication en 2009 : 155 000 étudiants dans des filières très diversifiées de Bruno LUTINIER, Bruno DIETSCH, Marie-Françoise SOTTO (4p., mai 2011)
voir l'étude dans son intégralité