Atelier Bovary, à la (re)découverte de Gustave Flaubert

Clément Solym - 12.12.2011

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - Emma Bovary - Gustave Flaubert - manuscrits


Pour mémoire, et puisque l'on commémore aujourd'hui l'anniversaire de Gustave Flaubert, un lecteur bien intentionné - et travaillant probablement soit sur Gustave, soit à l'université de Rouen - nous rappelle que des ressources pédagogiques pharaoniques sont disponibles à L'Atelier Bovary

 

Entre juin 1851 et avril 1856, Flaubert n'a pas chômé pour nous fournir cette admirable œuvre qu'est Madame Bovary. Pour les 470 pages qui contiennent le texte comme nous le connaissons il aura fallu à Flaubert de noircir 4 456 pages. Or, les textes originaux n'étaient pas faciles d'accès. Heureusement internet est là, et de bonnes âmes ont bien voulu sacrifier un peu de temps pour rendre ce petit trésor accessible à tous.(voir notre actualitté)

 



Et du temps il en a fallu, car l'idée est née en 2002 pour voir son aboutissement début 2008. L'entreprise n'était pas aisée non plus. Tout d'abord il a fallu rétablir la chronologie des écrits, comprendre le schéma qui mène d'un brouillon à un autre puis un autre pour arriver beaucoup de brouillons plus tard au texte tel que nous le connaissons. Ce fut un travail sisyphien auquel s'est attelée Marie Durel, une doctorante.

 

Et comme il est de bon goût de signaler les bonnes expériences, notre lecteur nous souligne également que l'on peut trouver sur le site Bovary.fr des images des manuscrits, qui ne sont pas à l'Atelier. 

 

Après toi, lecteur...