Atlas de l'UNESCO : 2500 langues menacées de disparaître

Clément Solym - 20.02.2009

Patrimoine et éducation - Scolarité France - atlas - langues - danger


L'UNESCO vient de faire paraître son troisième Atlas des langues en danger mais à l'inverse des deux versions précédentes qui étaient sur papier la version 2009 est en ligne. Accessible par tous et gratuitement, cette édition de l'Atlas des langues en danger est un outil interactif et ce afin qu'elle puisse être « complétée, corrigée ou actualisée en permanence grâce à la contribution de ses utilisateurs ».

2 500 langues menacées de disparaître

La présentation de ce nouvel Atlas a été faite hier à l'UNESCO (L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture) à Paris par le linguiste australien Christopher Moseley. C'est lui qui a dirigé l'équipe des 25 linguistes qui ont mis au point cet Atlas. Dans cette présentation Christopher Moseley a annoncé que l'UNESCO avait recensé pour 2009, 2 500 langues en danger sur les 6 000 parlées à travers le monde.

Dans le détail, on dénombre 607 langues légèrement en danger, 632 en danger, 502 en grand danger, 538 en moribondes et enfin sur les trois dernières générations 200 langues ont disparu. Certaines langues moribondes, environ 199 ne sont plus parlées que par des groupes de 10 personnes maximum.

Etre fier de parler sa langue pour la sauver

L'UNESCO estime qu'une langue est en danger « lorsque ses locuteurs cessent de l'utiliser, réservent son usage à des domaines de plus en plus restreints, emploient un moins grand nombre de registres et arrêtent de la transmettre à la génération suivante ».

Selon l'UNESCO toujours, les langues « sont menacées par des forces externes telles qu'une domination militaire, économique, religieuse, culturelle ou éducative, ou par des forces internes comme l'attitude négative d'une population à l'égard de sa propre langue ».

Il n'existe pas vraiment de critère géographique ou économique. Ce phénomène « se manifeste dans toutes les régions et dans des conditions économiques très variables ». Par exemple près de chez nous, en Suisse 1 idiome est considéré comme en grand danger, 6 en danger et 1 légèrement en danger. En France 26 langues (ou patois) sont en grand danger. La langue basque est quant à elle légèrement en danger.

Pour éviter de laisser mourir une langue, l'UNESCO préconise des « politiques éducatives » (comme dans le Pays Basque justement) mais estime que cela dépend surtout des gens qui l'emploient « il faut que les gens soient fiers de parler leur langue ».