Attentat à l'institut français de Kaboul : vingt blessés et un mort

Cécile Mazin - 12.12.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - Centre culturel - institut français - Kaboul Afghanistan


Les talibans ont rapidement revendiqué d'être à l'origine de l'attentat du Centre culturel français, situé à Kaboul. On déplore aujourd'hui 20 blessés et un mort, suite à l'explosion déclenchée par l'attentat suicide qui s'est déroulé dans la capitale afghane. 

 

 Kabul city

Kaboul - seair21, CC BY SA 2.0

 

 

Évidemment, le président de l'Institut français, Xavier Darcos, a tenu à s'associer au Président de la République française et au ministre des Affaires étrangères et du Développement international pour « condamner fermement l'attentat d'hier à l'Institut français de Kaboul en Afghanistan ». Et d'assurer aux familles des victimes et au personnel de l'institut que toutes ses pensées sont avec eux.  

 

L'institut français de Kaboul présentait une pièce de théâtre, Battement de cœur, alors même que la représentation avait été encadrée par un dispositif de sécurité renforcé. Selon les talibans la pièce « insultait les valeurs islamiques et diffusait de la propagande sur les opérations djihadistes, en particulier les attentats suicides ».

 

Fondé en 1970, l'institut de Kaboul avait dû fermer entre 1983 et 2002, du fait de la guerre. Il était, hier soir encore, l'un des emblèmes culturels dans la ville. Un peu plus tôt dans la journée, un autre attentat avait été perpétré, contre un bus de militaires afghans.