Au volant d'une 'Watture', ou piloter le néologisme de l'année

Clément Solym - 25.11.2012

Patrimoine et éducation - Patrimoine - festival du mot nouveau - néologisme - watture


Ce 23 novembre, le jury réuni à l'occasion du festival XYZ du mot nouveau, dans la ville du Havre, a attribué aux différents participants leur lot de récompenses. Cette grande fête du mot nouveau offre à qui le souhaite de participer en inscrivant son mot nouveau à cette adresse. Ensuite, la démocratie fait le reste, et choisit. 

 

The electric car

Un futur lieu de garage pour Wattures ?

david_megginson

 

 

Attention, il est également possible de solliciter les organisateurs par le biais de cette adresse email, festival-motnouveau@gmail.com. Or, pour cette édition 2012, la 1Oe édition du Festival, bon anniversaire, Eric Donfu maintenait le cap. « Ce festival défend une conception vivante de la langue qui, comme l'écrivait Victor Hugo, meurt si elle n'invente pas de mots nouveaux », assurait-il à l'AFP. 

 

Et le mot de l'année sera donc watture, habile télescopage du combustible et du véhicule - d'un côté le watt, de l'autre la voiture. Ingénieux, vraiment. Le grand perdant sera alors ‘célébruité', soit une personnalité publique dont la réputation est tapageuse. 

 

« Dans l'esprit, du "beaujolais nouveau est arrivé" de René Fallet, le festival XYZ... avance sur les pas de l'Oulipo, de Bobby Lapointe Jean Paulhan ou Gherasim Lucas. Par son "mot nouveau de l'année" ce festival d'hiver apporte sa contribution en musique et en textes à une la...ngue vivante et sonnante... le Français.

 

En y associant un son nouveau, elle va plus loin encore dans le déchiffrement du mot Mot (mo), n.m. (lat. vulg. mottum, mot et grognement, du v. muttire, grogner, murmurer). Son articulé, composé d'une ou plusieurs syllabes réunies », expliquait l'an passé Eric Donfu, l'organisateur et ancien élu ocal.

 

Orn l'année 2011 avait porté aux nues le terme « attachiant », dont la compréhension coule de source, mais également bien d'autres termes, ou expressions, comme « se faire électroniquer », pour désigner une fausse information sur la toile que l'on a crue vraie.