Au XIXe siècle, la presse connaît ses plus belles heures : il s’ouvre autant de journaux qu’il s’en ferme, mais les idées circulent à travers des périodiques et des publications nombreuses et riches. Quand la presse vit aujourd’hui une crise identitaire, parce qu’internet semble lui ravir une partie de son existence, un retour vers le Futur ne manque pas d’intérêt. 

 

Galignani’s Messenger, quotidien en anglais publié à Paris au XIXᵉ siècle. Galignani.com

 

 

 

Circulation des idées au XIXᵉ siècle, le cas des revues et périodiques parisiens

par Diana Cooper-Richet,

Chercheur au Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines,

Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Université Paris-Saclay

 

 

Depuis quelques années, mes recherches portent sur la circulation des hommes et des idées, plus particulièrement au XIXe siècle, entre l’Europe – principalement la France et le Royaume-Uni – et l’Amérique latine, notamment le Brésil.

 

J’ai commencé par m’intéresser au commerce de librairie à Paris au XIXe siècle, après avoir constaté l’importance de l’édition de livres et de journaux dans les langues étrangères les plus variées, dès les premières décennies du siècle. On trouve, en effet, dans la capitale, des libraires-éditeurs qui publient des ouvrages en anglais, en espagnol, en allemand, en italien, en russe, en polonais, mais également en arabe, en chinois, ainsi que dans les langues scandinaves.

 

Ceci implique que ces maisons, qui sont investies sur un marché de niche, d’une part possèdent les différents corps de caractère d’imprimerie nécessaire et, d’autre part, qu’ils ont des clients-lecteurs qui achètent leur production et qui la lisent.

 

Un quotidien anglais à Paris de 1814 à 1890

 

Pour illustrer cette activité, l’exemple de la maison Galignani, fondée en 1800 rue Vivienne par un Anglo-italien, est très éclairant. D’abord parce que cette maison existe toujours, ce qui témoigne de son succès. Elle est, aujourd’hui, située 224 rue de Rivoli. Elle est considérée comme l’une des plus belles librairies de la capitale. Mais, au XIXe siècle Galignani’s est à la fois une maison d’édition, une librairie et une entreprise de presse, spécialisée dans les imprimés en anglais.

 

De 1814 à 1890, de l’imprimerie de cette entreprise sort 6 fois par semaine un quotidien en anglais, Galignani’s Messenger. Il est en vente en France et dans toute l’Europe. Il est lu par les élites cosmopolites, par Stendhal, Thackeray ou encore Lafayette. Il est cité par les plus grands écrivains à l’instar de Tourguéniev dans son roman Père et fils (1862) et de Huysmans dans Croquis parisiens (1880), pour ne mentionner qu’eux.

 

Mais que nous dit l’existence d’un quotidien en anglais publié à Paris pendant une grande partie du XIXe siècle (notons qu’il est très loin d’être le seul périodique en anglais publié à Paris à la même époque) ? Tout d’abord que les élites circulent beaucoup. Qu’elles souhaitent lire et s’informer lorsqu’elles sont en voyage ou en expatriation prolongée. Que l’anglais commence, petit à petit, à devenir une langue internationale, ce qu’était le français jusque-là.

 

Cette presse en anglais est conçue sur le modèle anglo-saxon. Elle fait très tôt usage de la publicité, des abonnements, du portage à domicile, des correspondants… toutes choses qui étaient inconnues en France à l’époque où la maison Galignani les met en place. Nous avons là, un premier exemple de la circulation des hommes, des idées et des même des pratiques, en l’occurrence ici journalistiques.

 

Un journal espagnol à Paris de 1842 à 1886

 

El Correo de Ultramar

 

Dans la production éditoriale parisienne en langues étrangères au XIXe siècle, il y a une grande quantité d’imprimés de toutes sortes – des livres, des journaux et même des publicités pour des produits pharmaceutiques – en espagnol. Parmi la centaine de périodiques hispanophones publiés à Paris, on trouve un journal, El Correo de Ultramar publié de 1842 à 1886. Il donne une bonne image de l’intense circulation des hommes et des idées, entre l’Europe et l’Amérique latine à cette époque.

 

El Correo contient des informations générales – politiques et économiques –, mais également des épisodes de feuilletons qui viennent d’être écrits par les feuilletonistes français les plus en vu. Or, ce journal part tous les 15 jours, par paquebot transatlantique, vers les grands ports d’Amérique latine et même vers les Philippines, et ceci pendant près d’un demi-siècle. Les lecteurs des classes montantes du Nouveau Monde hispanique, peuvent donc lire en temps quasiment réel, les nouvelles du vieux continent, ainsi que les productions littéraires en vogue en Europe, traduites en espagnol.

 

Ceci explique peut-être pourquoi les ouvriers des fabriques de tabac cubaines ont donné pour nom, à l’un de leurs cigares les plus fameux, Monte Cristo, en souvenir du roman d’Alexandre Dumas. En effet, il faut se souvenir que ces ouvriers payaient, sur leurs propres deniers, l’un d’entre pour leur faire à tour de rôle, la lecture pendant qu’ils roulent les feuilles de tabac.

 

Ceux qui ont eu l’idée de lancer ce journal et ses nombreux suppléments, littéraire, médical et de mode notamment, sont des hommes d’affaires qui, de retour d’un voyage aux Antilles au début des années 1840 se sont rendus compte qu’un nouveau marché s’ouvrait dans cette région du monde et que, sur ce nouveau marché, il y avait un public potentiel de lecteurs. Comme chez Galignani, il s’agit avant tout pour eux de faire fructifier le commerce. Mais en raison de la nature des produits mis en vente – des livres et des journaux –, il est à l’origine d’une très importante mise en circulation transnationale d’idées.

 

Libraires savoyards au Brésil et bohème latina à Paris

 

Deux autres exemples éclairent encore un peu plus mon propos sur cette circulation transatlantique au XIXe siècle. D’abord celui de ces jeunes Français, souvent originaires de régions montagneuses, comme le massif alpin où la vie est difficile, qui vont tenter leurs chances à l’étranger. Quelques-uns d’entre sont partis dès le début du XIXe siècle au Brésil, où ils ont été les premiers libraires-éditeurs du pays. Ils ont ouvert des boutiques à Rio, alors capitale du pays, dans la rua Ouvidor la plus huppée de la ville. Ils sont à l’origine de la naissance de l’édition brésilienne et de la diffusion de la littérature française dans ce pays, une littérature qui a inspiré les premiers romanciers cariocas.

 

En sens inverse, les lecteurs du Correo de Ultramar et des feuilletons qu’il contient, de même que les clients des premières librairies françaises de Rio, les intellectuels argentins, péruviens, uruguayens et brésiliens, originaires de pays qui se développent rapidement sont de plus en plus curieux de connaître l’Europe, plus particulièrement la France, terre des Lumières et de la Révolution française.

 

Ils sont donc nombreux à faire le voyage vers Paris et à s’y installer pour une durée plus ou moins longue, qui pour y faire des études, plus particulièrement de médecine, qui pour y fréquenter les milieux littéraires. Il se crée ainsi à Paris, vers le milieu du XIXe siècle, un véritable quartier latino – barrio latino –, fréquenté par une bohemia latina. Elle est constituée d’hôtels, de restaurants et de commerce divers, y compris d’au moins un coiffeur qui se réclame être « latino », mais également de bureaux de journaux ou de revues, qui sont autant de lieux de rencontre pour cette bohème hispanophone.

 

Nitheroy revista brasiliense

 

Il est intéressant de constater que certains de ses intellectuels latino-américains décident de se lancer dans l’aventure éditoriale et de fonder, à Paris, des revues à destination de leurs confrères et collègues restés au pays. L’une d’entre elles, Nitheroy, une revue littéraire inaugurée en 1836 est considérée au Brésil comme étant le premier manifeste en faveur d’une littérature nationale brésilienne.

 

D’autres affirment s’inspirer du modèle britannique de la revue de critique littéraire, ce qui montre l’importante circulation des idées, mais également celui des modèles éditoriaux. En effet, l’archétype de la revue de critique littéraire est né à Édimbourg en 1802 avec le lancement de la revue éponyme. Ce modèle a été repris en France, par la suite en 1829 par la Revue des deux mondes, puis par des journalistes brésiliens, notamment, qui l’ont fait connaître dans leur pays.

 

Ces quelques cas illustrent bien, me semble-t-il, cette mondialisation précoce qui frappe le monde des idées et des élites intellectuelles dès le début du XIXe siècle. Des villes comme Paris et Londres sont, dès cette époque, très cosmopolites. Elles comportent des quartiers, comme celui autour du Palais-Royal où les étrangers, notamment les Anglais sont presque plus nombreux que les Français. Ces capitales attirent des visiteurs du monde entier. Elles sont le creuset d’idées et de pratiques nouvelles qui partent très rapidement vers le Nouveau Monde.

 

Le XIXe siècle est, déjà, un siècle globalisé.

 

The Conversation

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.