Avec l'Asfored, la Sorbonne ouvre un Master professionnel 1 & 2 pour l'édition

Nicolas Gary - 12.05.2016

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Master professionnel Sorbonne - Asfored Sorbonne étudiants - édition métiers livre


À la rentrée 2016, La Sorbonne présentera un nouveau visage de son Master Métiers de l’édition et de l’audiovisuel. Depuis une vingtaine d’années, ce dernier propose une formation spécifique aux étudiants, à travers une approche Création éditoriale multi-supports. En partenariat avec l’organisme de formation, l’Asfored, la Sorbonne fait évoluer son Master 1 & 2, qui deviendra un Master professionnel. Une garantie supplémentaire pour les élèves dans leur intégration au monde de l’entreprise.

Reading

Moyann Brenn, CC BY 2.0

 

 

Pour Hélène Védrine, maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne et responsable de l’option Édition du master 2 depuis 2006, ce changement de formule répond à différents impératifs. « Auparavant, les étudiants bénéficiaient de cours pratiques et théoriques durant le premier semestre, et, au cours du second, devenaient stagiaires dans les entreprises. Le contrat d’apprentissage offre un cadre spécifique, par lequel ils disposeront d’un statut très différent. »

 

Avec deux journées à l’université et trois journées dans les sociétés, le rythme est en effet différent. « L’intérêt est double pour les élèves : d’abord financier, mais surtout parce que leur insertion dans le milieu professionnel s’opère de manière plus formatrice et pérenne », précise-t-elle.

 

Un contrat d’apprentissage représente, selon l’âge de l’étudiant, une rémunération de 50 à 80 % du SMIC, contre une gratification de 554 € aujourd’hui pour un stagiaire. Évidemment, « le rythme de formation sera plus soutenu, puisqu’il passe à 12 mois, de septembre à septembre – ce n’est plus celui de l’étudiant ». Dans les faits, l’enseignement dispensé a été adapté à ces changements, mais reste identique dans son fonds. 

 

Une expérience valorisable sur le CV, plus qu'un stage

 

« Cela offre toutefois de véritables avantages parce que la formation sera moins comprimée », insiste Hélène Védrine.

 

Le passage du Master 1 en contrat d’apprentissage apporte lui aussi une véritable innovation. Au sein de cette formation, une promotion de 15 étudiants disposera d’un contrat d’apprentissage pour deux années. Le Master 2 sera également plus ouvert avec une trentaine d’étudiants admis contre seize jusqu’à présent.

 

Alors que Paris XIII ou Nanterre proposaient depuis quelques années une formation en apprentissage, le changement du Master Sorbonne émanait tant des demandes d’élèves que de la profession. « Notre spécificité reste entière, concernant le travail éditorial et la conception de projets éditoriaux, avec une porte ouverte sur le multisupport et le multimédia. »

 

La directrice de l’Asfored, Aïda Diab, note que ce Master professionnel vient compléter l’ensemble de l’offre que le CFA proposait jusqu’à lors : celle bac+2 pour le BTS Édition, ou encore la licence pro ouverte l’an passé et le Master spécialisé bac+6. « Il manquait un segment pour le bac+4/5. L’Asfored gère le CFA de l’édition en apprentissage, et la formule pour le Master intéressait particulièrement les entreprises. Elle est plus en lien avec la réalité des structures, pour les étudiants. »

 

Forte du succès revendiqué de la licence pro initiée en 2014, l’Asfored dispose ainsi d’une gamme complète de formations pour tous niveaux post-bac. Sa directrice pousse également « sur la nécessité de donner aux étudiants une meilleure assise dans les entreprises. L’apprentissage confère à l’étudiant un statut de salarié : il compte alors comme un membre à part entière dans la société ». 

 

Au cours des trois mois après leur diplôme, « les élèves obtiennent un emploi », indique-t-elle. « Avec le Master professionnel, ils disposent de deux années d’expérience valorisable sur leur CV, et non de simples stages. L’augmentation de la rémunération est importante, au cours de ces années, est tout aussi importante pour eux. »

 

Le jour où le mur de Berlin n'est pas tombé - Salon du Livre de Paris 2014

Stand des étudiants Master Edition au Salon du livre - ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

Est-ce à dire que l’on se ferait une mauvaise idée de l’industrie du livre, qui n’intégrerait pas de nouveaux collaborateurs, ou présenté comme un secteur bouché ? « Il existe de nombreuses formations qui mènent à l’édition, mais nous sommes le seul CFA qui couvre un tel champ, jusqu’à bac+6, à même de répondre aux besoins des sociétés », relève Aïda Diab.

 

« Nous sommes également vigilants, dans le recrutement des candidats, à ne pas sélectionner des profils susceptibles d’entrer tous en concurrence. Notre perspective est de couvrir un ensemble de métier et de postes au sein des maisons. » Depuis le marketing en passant par l’éditorial ou la fabrication/production, aussi bien en maisons juridiques qu’en jeunesse ou dans les secteurs numériques, « nous déclinons une palette de métiers avec une maîtrise effective ». 

 

Au point que 10 % des étudiants partent d’ailleurs à l’étranger, plébiscités par des maisons « à Londres, au Mexique, à Singapour ou en Chine. Nous accompagnons les élèves qui souhaitent s’aventurer dans ces expériences, et exportent ainsi le savoir-faire français en matière éditoriale. »

 

Les coûts financiers pour le Master Sorbonne ont été pris en charge par l’Asfored ainsi que le Conseil régional, sans frais d’inscription pour les étudiants. Le recrutement est en cours, les candidatures ayant été reçues, avec une ouverture d’ici mi-septembre ou début octobre.