Avec ses 40 000 nouveaux enseignants pour 2013, Peillon ne fait pas l'unanimité

Clément Solym - 22.09.2012

Patrimoine et éducation - Scolarité France - peillon - enseignants - chiffres


Déjà, au sein même du gouvernement, la communication de Vincent Peillon n'est pas toujours appréciée. On l'accuse de parler un peu trop vite. Ce serait d'ailleurs peut-être bien le cas concernant l'annonce du recrutement de 40 000 nouveaux professeurs en 2013, face à des départs à la retraite chiffrés à 22 000.

 

On se demande bien comment les jurys des différents concours vont arriver à honorer ces chiffres. Déjà qu'à la session précédente, plusieurs centaines de postes n'avaient pas été attribués, avec un nombre d'inscrits trop peu élevé pour permettre une sélection digne de ce nom.

 

L'opposition n'a pas tardé à réagir, critiquant cette seule logique du chiffre, comme si toujours plus de profs allait permettre au système éducatif français de retrouver une efficacité qui lui fait profondément défaut depuis plusieurs décennies.