medias

Baisse des inscrits au concours des enseignants du primaire

- 22.07.2011

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - concours - chatel - enseignants


Si les inscriptions au concours d’enseignants de 2012 ont évolué  d’un peu moins de 7% par rapport à l’an dernier, leur nombre a légèrement baissé pour l’école primaire, selon un communiqué du ministère de l’Education nationale publié jeudi (voir notre actualitte).


Outre la légère baisse pour le premier degré (primaire), le communiqué précise que « les inscriptions sont au même niveau que l'année dernière avec 42.260 inscrits aux différents concours externes, contre 43.259 à la session précédente ».

Pour les concours externes du second degré (collèges et lycées), « 69.351 candidats se sont ins-crits pour 8.600 places proposées, ce qui correspond à un taux de 8,1 inscrits par place », ajoute le communiqué. Les inscriptions à l'agrégation progressent de 11,3% et celles au Capes externe de 5,3%.

« Ces résultats garantissent un taux de couverture très correct et apportent l'assurance que la qualité du prochain recrutement sera maintenue », affirme le Ministère.

Un point de vue que conteste Emmanuel Mercier, secrétaire national du Snes-FSU, premier syndicat des collèges et lycées. Il explique à l'AFP que l'augmentation des inscriptions n'est pas synonyme d'une augmentation du nombre de candidats :
Le nombre d'inscrits ne préjuge pas du tout du nombre de présents aux concours, dit-il.
A la session 2010, pour 8.600 postes proposés, il y avait environ 85.000 inscrits pour 47.000 présents environ. On voit bien que l'on est inscrit dans une dynamique de baisse du nombre d'inscrits et du nombre de présents.

Cependant, le ministre de l'éducation nationale Luc Chatel « se réjouit que les métiers de l'enseignement continuent d'attirer les jeunes diplômés». Le ministère précise que :
Il apparaît que la réforme de la formation des maîtres, avec l’exigence du master, de la préprofessionnalisation et un concours rénové, se met en place de façon satisfaisante. Les améliorations apportées pour l’année 2011/2012, comme, par exemple, l’ouverture à titre expérimental de masters en alternance, ne pourront que conforter ce mouvement.