Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Moesta et errabunda

Clément Solym - 08.10.2008

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - Charles - Baudelaire - Moesta


Reprenons la belle alternance de la semaine passée entre une nouvelle un jour et un poème le suivant. Après Maupassant, c’est donc Charles Baudelaire (1821-1867) que l’on accueille avec un poème des Fleurs du Mal : Moesta et errabunda.

Ce poème, au nom latin signifiant Triste et Vagabonde, est un des derniers poèmes de la section Spleen et Idéal où sont évoquées des images heureuses. Mais le bonheur dont il est question appartient, hélas, au passé.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.