Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Bécherel, cité du livre, face à la crise

Clément Solym - 04.04.2012

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Bécherel - libraires - bouquinistes


À l'approche de la fête du Livre de Bécherel, force est de constater, après la hausse de la TVA sur le livre de 5,5 % à 7 % (voir notre actualitté), que les libraires ont le moral. 

 

La 24e édition de la Fête du Livre de Bécherel doit se tenir les 7,8 et 9 avril 2012. Les libraires font face, comme partout en France, à une situation parfois précaire. Mais la particularité des libraires de Bécherel est qu'ils sont pour la plupart bouquinistes. Ils savent également diversifier leur activité.

 

 

Yvonne Prêteseille dirige la librairie Gwrizienn, qui contient également un salon de thé. Elle admet que son activité a tendance à stagner. « Mais ça reste beaucoup plus facile pour nous, économiquement, que dans le secteur du livre neuf, car on a des marges plus intéressantes », estime la libraire. « Et si la crise empire, on est un regroupement de libraires, ce qui permettra de trouver des solutions ». Elle est donc confiante en l'avenir de son commerce, du fait que les libraires de Bécherel forme un groupe un peu particulier, dans une ville qui s'enorgueillit d'être la première Cité du Livre de France (nominée en 1989).

 

Quand les gros pavés ne se vendent plus, les clients se rabattent essentiellement sur des livres au prix moins élevé. « On arrive à tenir le choc, mais les livres chers ne se vendent pas du tout. Alors, on tournicote avec les livres de poche, les BD », affirme Erwan Guérin, à la tête de la librairie Le Donjon. La vente généraliste n'est probablement pas le point fort des libraires de la ville. Comme l'explique Yvonne Prêteseille, « au-delà de la démarche commerciale, on a un rôle de transmission : il faut que chacun des libraires trouve sa spécificité, c'est la condition pour continuer à résister ».

 

Miser sur Internet

 

Chez Abraxas Libris, groupement de trois libraires de Bécherel, on compte beaucoup sur le site web de la librairie pour mettre en avant un catalogue en ligne contenant 31.017 références. En le visitant, il est facile d'être averti des nouveautés, des derniers arrivages, et bien entendu des évènements culturels concernant la ville. Bruno Foligné, responsable du groupement, affirme ne pas avoir connu de crise en 2011.  « Vendre en ligne, pour un généraliste, c'est obligatoire (...). Ça permet de toucher des gens qu'on n'aurait pas touchés avant ». Surtout en ce qui concerne des livres-objets rares, qui s'adressent à un public de passionnés, comme cet exemplaire des Essais de Montaigne, datant de 1659, et évalués à 3.500 euros.

 

Autres métiers du livre

 

Le dynamisme de Bécherel repose bien évidemment sur ses libraires-bouquinistes-antiquaires, mais aussi sur des éditeurs (notamment les éditions Bécherel) et divers métiers d'art portant sur la restauration et la création de livre (enlumineurs, calligraphes, relieurs...).

 

Tous seront mis à l'honneur lors de la 24e édition de la Fête du Livre de Bécherel.