Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Bibliothèques d’Orient, une plateforme pour valoriser le patrimoine oriental

Antoine Oury - 12.07.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Bibliothèques d’Orient - patrimoine oriental - documents numérisation Caire


La Bibliothèque nationale de France annonce l'ouverture, le 12 septembre 2017, de la plateforme Bibliothèques d'Orient, conçue avec 7 bibliothèques patrimoniales et de recherche implantées au Proche-Orient. Avec près de 7000 documents accompagnés de 100 textes de contextualisation scientifique dans une interface trilingue (français, arabe et anglais), Bibliothèques d'Orient veut devenir un incontournable pour les chercheurs et les curieux.

 

Le Caire, vue de la Mosquée du sultan Hassan (détail). Dessin par Nicolas-Jacques Conté (1755-1805).
BnF, dép. Estampes et photographie
 


La BnF a réuni ses collections avec celles de l'Institut français d’archéologie orientale et Institut dominicain d’études orientales (Le Caire), du Centre d’Études alexandrines (Alexandrie), de l'Institut français du Proche-Orient et la Bibliothèque orientale de l’université Saint-Joseph (Beyrouth), de l'École Biblique et Archéologique Française (Jérusalem) et de l'Institut français d’Études anatoliennes (Istanbul) pour proposer un ensemble de documents, manuscrits, cartes, dessins, albums photographiques inédits numérisés.

 

« Les collections ainsi réunies témoignent des interactions entre les pays de la Méditerranée orientale et la France depuis plusieurs siècles, avec un accent particulier sur la période 1800-1945. Les pièces numérisées ont été choisies par un conseil scientifique qui associe, aux côtés de la présidente de la BnF, 14 universitaires et chercheurs de renommée internationale », précise la BnF. De nouvelles institutions partenaires feront leur entrée au sein du projet dès janvier 2018.

 

Les documents sont présentés à travers 7 rubriques : Carrefours, Communautés, Religions, Savoirs, Politiques, Imaginaires et Personnalités. On y découvrira notamment de précieux manuscrits hébreux, des cartes qui ouvrent de nouvelles perspectives pour l’histoire sociale et économique de la Turquie, les ancêtres des Guides Bleus, la première revue féministe, L’Égyptienne, en langue française fondée en 1925, les dessins préparatoires de la Description de l’Égypte, ou encore Le Caire immortalisé par le photographe italien Beniamino Facchinelli (1839-1895).

 

Une attention particulière est portée à la préservation de patrimoines menacés. Deux recueils liturgiques syriaques des XIe et XVIIe siècles, conservés au monastère de Charfet (Liban), et deux évangéliaires des XIVe et XVIe siècles, appartenant au couvent Salvatorien Melkite de Jounieh (Liban), ont ainsi été restaurés avant d’être numérisés et mis en ligne sur Bibliothèques d’Orient.

 

Si le grand public peut évidemment en profiter, la BnF et ses 7 institutions partenaires espèrent ouvrir de nouveaux champs pour la recherche universitaire : « En comparant quatre éditions successives de la traduction du Coran par Albert Kazimirski, lexicographe et traducteur du XIXe siècle dont les ouvrages sont encore d’usage courant aujourd’hui, j’ai découvert que le verset 19 de la sourate 87 de l’édition de 1840 qui n’avait pu être relue avant publication par le traducteur, remplace curieusement par “Jésus”, “l’Abraham” du texte arabe, ce que corrige la traduction révisée de 1841 », explique Jacqueline Chabbi, historienne, agrégée d’arabe, professeure honoraire des universités, auteure des textes sur l’Islam et Kazimirski.

 

« Je suis parvenu à découvrir des notes manuscrites authentiques de la main de Gérard de Nerval. Le poète romantique qui a voyagé en Égypte en 1843 passa une grande partie de son séjour à l’ombre d’une bibliothèque à prendre des notes dans un petit carnet. J’ai exploité ce document pour retrouver les ouvrages lus par Gérard de Nerval en Égypte : ils sont encore aujourd’hui conservés au Caire, à la bibliothèque de l’IFAO (Institut français d’archéologie orientale), et certains sont abondamment annotés », raconte quant à lui Rémy Arcemisbéhère, doctorant en littératures françaises (Université Paris IV – La Sorbonne) et auteur du texte sur Gérard de Nerval présenté dans Bibliothèques d'Orient.

 

Bibliothèques d’Orient a été réalisé grâce aux financements de la Fondation d’entreprise Total et du groupe Plastic Omnium et sera à retrouver dans le cadre de l’exposition « Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’histoire » à l’Institut du Monde Arabe (Paris) du 26 septembre au 14 janvier 2018 et au musée des beaux-arts de Tourcoing, du 17 février au 5 juin 2018.