BnF : échange réduction d'impôt contre manuscrits du XVe siècle

Antoine Oury - 26.05.2015

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Bibliothèque nationale de France - BnF mécénat - acquisition manuscrits


La Bibliothèque nationale de France, ou plutôt le ministère de la Culture et de la Communication, a publié une annonce qui tombe à pic, pour les sociétés. L'établissement souhaite acquérir quatorze manuscrits du Moyen-Âge et de la Renaissance, pour une valeur totale d'un peu plus de 3 millions d'euros, à des fins de conservation. Et un petit coup de main financier des entreprises ne serait pas de refus.

 


BnF exposition Casanova

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

L'annonce a été publiée le 23 avril dernier, mais, au vu de la somme à récolter, est toujours d'actualité. L'appel au mécénat publié par le MCC cite l'article 238 bis 0A du code général des impôts, qui permettra aux généreuses sociétés d'obtenir une réduction d'impôt sur les sociétés égale à 90 % des versements qu'elles pourraient effectuer, dans la limite de 50 % de l'impôt dû au titre de l'exercice considéré.

 

Les documents concernés sont présentés de la manière suivante, dans le Journal Officiel, texte n° 125, page 7216 :

Constituant un témoignage cohérent de l'art et de la culture française entre 1370 et 1540, cet ensemble sans équivalent de quatorze manuscrits, pour l'essentiel en très bon état de conservation, se caractérise par la qualité des enluminures, la rareté des textes et le renom de certaines provenances. Il comporte un exemplaire très précieux des Grandes Chroniques de France réalisé à Paris en 1370-1380, six livres d'heures rendant compte de la richesse et de la diversité de ce type de manuscrit liturgique très apprécié à la fin du Moyen-Âge ainsi que trois recueils de dévotion privée de la fin du XVe siècle jusque vers 1540, dont La complainte de la dame pasmee contre Fortuine de Catherine d'Amboise.

 

À ces manuscrits s'ajoutent deux traductions, l'une à caractère religieux, l'autre humaniste, illustrant la diversité des lectures dans l'aristocratie de la fin XVe siècle ainsi que deux rares ouvrages de circonstances d'une part, deux traités d'embouchure et d'hippiatrie rédigés par Jean Feschal à partir de 1504 et d'autre part, le récit héroïque en vers de la défaite navale de la Cordelière en 1512 écrit par Pierre Choque pour Anne de Bretagne. L'acquisition de ces écrits majeurs permettrait de compléter opportunément le fonds de manuscrits anciens de la Bibliothèque nationale de France.

 

La valeur d'achat totale des 14 pièces historiques s'élève à 3,135 millions €, d'après le MCC.