Brevet des collèges 2013 : sujet et corrigé de l'épreuve de français

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 27.06.2013

Ce matin, pas moins de 800 000 jeunes, élèves de troisième, sont venus plancher sur le sujet de français du brevet des collèges 2013 (voir notre actualitté). Avec l'arrivée des nouveaux programmes en classe de 3ème, quelques changements à la marge ont été apportés à cette épreuve de français. Essentiellement une dictée allongée et la possibilité de choisir entre deux sujets pour la rédaction.

 

Pour cette première épreuve, d'une durée de trois heures, c'est finalement un texte de Laurent Gaudé qui a été choisi, tiré du Soleil des Scorta (2004). La difficulté de ce sujet est toute relative si on la compare à celle des autres sujets tombés en Amérique du Nord ou à Pondichéry (voir notre actualitté).

 

Le texte et les questions (15 points) :

 

Avec 15 points sur les questions, 4 sur la réécriture, 6 sur la dictée et 15 sur la rédaction, les élèves bénéficiaient de nombreuses possibilités pour montrer l'étendue de leurs connaissances. Le sujet proposé ne comportait pas de difficultés particulières.

 

 

Une réécriture assez simple : des changements de personnes uniquement (4 points)

 

« Comme tous les autres, nous nous sommes tenus par la main pour ne pas nous perdre dans la foule. Comme tous les autres, la première nuit, nous n'avons pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses ne nous dérobent la couverture que nous nous partagions. »

 

Réécrivez les phrases suivantes, en remplaçant les pronoms de la première personne du pluriel (nous) par la troisième personne du pluriel (ils). Vous ferez toutes les modifications nécessaires.

 

Une dictée axée sur les accords : (6 points)

 

 

Tous les émigrants n'étaient pas obligés de passer par Ellis Island. Ceux qui avaient suffisamment d'argent pour voyageur en première ou en deuxième classe étaient rapidement inspectés à bord par un médecin et un officier d'état civil et débarquaient sans problèmes. Le gouvernement fédéral estimait que ces émigrants auraient de quoi subvenir à leurs besoins et ne risqueraient pas d'être à la charge de l'Etat. Les émigrants qui devaient passer par Ellis étaient ceux qui voyageaient en troisième classe [...] dans de grands dortoirs non seulement sans fenêtres mais pratiquement sans aération et sans lumière, où deux mille passagers s'entassaient sur des paillasses superposées.

 

Georges PEREC, Ellis Island, 1980.

 

 

Sujets de rédaction : entre dialogue, description et argumentation (15 points)

 

C'est là la grande nouveauté du brevet des collèges version 2013 : deux sujets sont désormais proposés au choix des élèves, un premier souvent narratif et un second plus argumentatif. 

 

SUJET N°1 :

Imaginez la suite de ce texte, dans laquelle la narratrice raconte les premiers jours des personnages à New-York.

Votre texte fera au moins deux pages (soit une cinquantaine de lignes).

 

SUJET N°2 :

Le monde d'aujourd'hui laisse-t-il place, selon vous, à un ailleurs qui fasse rêver ?

Vous donnerez votre réponse dans un développement argumenté et organisé.

Votre texte fera au moins deux pages (soit une cinquantaine de lignes).

 

 

ELEMENTS DE CORRECTION CONCERNANT LES QUESTIONS ET LA REECRITURE

 

QUESTIONS (15 points)

1. « […] ce continent où les crasseux comme nous étaient les bienvenus. »

(ligne 13-14)

a) De quel continent s'agit-il ?

Il s'agit du continent américain.

 

b) Qui est désigné par l'expression « les crasseux » ? Que pensez-vous de cette formulation ?

L'expression « les crasseux » désigne les « miséreux d'Europe » (l. 4), c'est-à-dire les émigrants pauvres venus d'Europe en espérant réussir à mieux gagner leur vie en Amérique. La formulation « les crasseux » est volontiers dépréciative. Elle dénote une forme d'autodérision de la part de la narratrice.

 

2. En vous appuyant précisément sur le texte, expliquez ce que les personnages attendent de ce nouveau pays.

Les personnages, pauvres en Europe, espèrent, en débarquant en Amérique, commencer une nouvelle vie. Ils souhaitent repartir à zéro dans un lieu où tout sera « différent, les couleurs, les odeurs, les lois, les hommes. » (l.11-12) C'est bien sûr le rêve américain qu'ils ont tous à l'esprit et déjà, sur le bateau, ils ne font que s'adonner au rêve.

 

3. a) Par quels sentiments successifs passent les personnages aux différentes étapes du voyage ? Illustrez votre réponse par des éléments précis du texte.

 

Les personnages passent d'abord, durant le voyage, par des sentiments de crainte et de douleur : ils pleurent même lorsque « l'immense bateau a quitté la baie de Naples » (l. 8). Puis, c'est l'espoir face au continent américain : « la joie » (l. 19) les envahit, avec aussi un sentiment « d'impatience » (l. 25).

 

b) Pourquoi le « sentiment » évoqué à la ligne 29 est-il qualifié d' « étrange » ?

 

Ce sentiment peut paraître étrange car il s'inscrit en opposition avec le cadre et les circonstances dans lesquelles arrivent les passagers. Tout devrait leur indiquer qu'ils sont étrangers et pourtant, ils se sentent déjà adoptés : « nous étions ici à notre place. »

 

4. « Le paquebot se dirigeait lentement vers la petite île d'Ellis Island. La joie de ce jour, don Salvatore, je ne l'oublierai jamais. Nous dansions et criions. » (lignes 18 à 20) : identifiez les deux temps utilisés et justifiez l'emploi de chacun.

 

On retrouve dans ce passage l'emploi majoritaire de l'imparfait de l'indicatif, avec « se dirigeait », ou « dansions » mais également, de façon isolée, un verbe au futur simple de l'indicatif, « oublierai ». Ce dernier est employé par la narratrice en référence au moment de l'énonciation de ses souvenirs. Cela appartient au présent de la narratrice. A contrario, l'imparfait correspond au passé, aux souvenirs qu'évoque la vieille femme en s'adressant à don Salvatore.

 

5. « Miséreux d'Europe au regard affamé. Familles entières ou gamins esseulés. » (ligne 4) :

a) Quelles remarques grammaticale pouvez-vous faire sur la construction de ces deux phrases ?

 

Ces deux phrases sont non-verbales, elles ne sont constituées que de groupes nominaux.

 

b) Quel effet produisent-elles sur le lecteur ?

 

Ces deux phrases nominales descriptives contribuent à brosser un portrait très dur des êtres qui sont sur le départ. Cela peut susciter chez le lecteur un sentiment de compassion face à la misère ainsi décrite brutalement, sans marques d'émotion. L'ensemble donne l'impression d'une masse d'individus qui se trouvent à la dérive.

 

6. Pensez-vous que Domonico a raison en murmurant « La vie commence. » (ligne 9) ? Développez votre réponse en quelques lignes. Vous prendrez appui sur le texte et éventuellement votre culture personnelle.

 

En murmurant « La vie commence », Domenico fait, avec raison, résolument le choix de se tourner vers l'avenir qui les attend, avec beaucoup d'espoir. Les Etats-Unis se sont, depuis leurs origines, construits sur l'immigration. Ce processus continua, tout au long du XXème siècle, à offrir une possible réussite à ceux qui vivaient misérablement en Europe. Ce « rêve américain » fut cependant mis à mal par la crise de 1929 mais redevint réalité à l'issue de la Seconde guerre mondiale.

 

REECRITURE (4 points) :

 

« Comme tous les autres, nous nous sommes tenus par la main pour ne pas nous perdre dans la foule. Comme tous les autres, la première nuit, nous n'avons pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses ne nous dérobent la couverture que nous nous partagions. »

 

Réécrivez les phrases suivantes, en remplaçant les pronoms de la première personne du pluriel (nous) par la troisième personne du pluriel (ils). Vous ferez toutes les modifications nécessaires.

 

Correction de la réécriture :

 

« Comme tous les autres, ils se sont tenus par la main pour ne pas se perdre dans la foule. Comme tous les autres, la premère nuit, ils n'ont pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses ne leur dérobent la couverture qu'ils se partageaient.»

 

 

Hillary Clinton adorerait passer du temps, anonymement, en librairie

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 08.02.2016

Invitée à prendre la parole, la candidate à la présidence des États-Unis, Hillary Clinton, s’est prêtée au jeu des questions et réponses. Conquérir la Maison-Blanche, voilà tout le pari de l’ancienne première Dame, mais cette dernière ne court pas non plus après la célébrité. Hillary n’apprécie rien de plus que l’anonymat.    Crédit CNN   D’ailleurs, quand son époux présidait l’avenir du pays, elle se réfugiait volontiers derrière des lunettes de soleil et une casquette de baseball, pour sortir – avec un pantalon de jogging et un...

Au Havre, fermeture d'une librairie après 156 ans d'existence

  • Partager sur Twitter

Camille Cornu - 08.02.2016

Ouverte en 1860, la librairie Dombre avait été rachetée en 1888 au Havre par l'arrière grand-père de l'actuelle libraire. Après 156 ans d'existence, c'est l'une des dernières librairies indépendantes de la ville qui fermera d'ici fin février.    ActuaLitté, CC BY-SA 2.0     La librairie avait ouvert ses portes en 1860. Elle était aujourd’hui située boulevard de Strasbourg, au Havre, après avoir longtemps été Place de l’hôtel de ville, un quartier « beaucoup plus commerçant ». Annie Motelay et son frère ont grandi entre ces rayons, et en...

L'Haïtien René Depestre de retour sur La Librairie Francophone

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 08.02.2016

La Librairie Francophone accueillait ce week-end un trio de fameux auteurs. Pour l’occasion, Emmanuel Kherad recevait Bruno Barbey pour son ouvrage éponyme aux éditions Actes Sud, David Bosc, pour Mourir et puis sauter sur son cheval (chez Verdier). Mais avant tout, l’écrivain haïtien René Depestre : il signe chez Zulma un grand retour avec Popa Singer.   « À 90 ans, il publie un nouveau roman que l’on attend depuis 25 ans ! Nous parlerons aussi de photojournalisme avec Bruno Barbey, de liberté et de bestialités avec David Bosc », annonce...

Journées du livre russe : Odile Belkeddar reçoit le 10e Prix Russophonie

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 08.02.2016

Le 10e prix Russophonie a été remis à Odile Belkeddar pour sa traduction de L’Insigne d’argent de Korneï Tchoukovski à l’École des loisirs. Créé en 2006 par l’Association France-Oural et la Fondation Eltsine, Le prix Russophonie récompense la meilleure traduction du russe vers le français quelle que soit la nationalité de l’auteur, du traducteur ou de l’éditeur.       Pour la traduction d’un ouvrage de Korneï Tchoukovski, L’Insigne d’argent dont l’œuvre a formé et enchanté des générations de petits Russes, Odile Belkeddar a été...

Fifty Shades Darker : Bella Heathcote rejoint le casting

  • Partager sur Twitter

Nicolas Gary - 06.02.2016

En début de semaine, le casting de Cinquante nuances plus sombres s’enrichissait de Kim Basinger, pour camper Mrs Robinson, alias Elena Lincoln. Le tome 2 de la trilogie Fifty Shades, signée par EL James continue de recruter des stars puisque Bella Heathcote a rejoint le casting.   Gage Skidmore, CC BY SA 2.0     L’actrice australienne comptera dans l’équipe de Fifty Shades Darker, dirigé par James Foley, le tout scénarisé par Niall Leonard. Les deux hommes se retrouveront également pour le tome 3, Fifty Shades Freed, traduit par Cinquante nuances plus...

Académie Française : Frédéric Mitterrand retire sa candidature

  • Partager sur Twitter

Clément Solym - 04.02.2016

L’élection pour le fauteuil d’Assia Djebar a été fixée au jeudi 3 mars 2016, et depuis quelques semaines, les candidats se bousculaient. Mais en ce 4 février, officialisant les candidatures reçues, l’Académie annonce que, non seulement, Jean-Claude Perrier, mais également Frédéric Mitterrand, ont choisi de retirer leur candidature.   Guillaume Armantier, CC BY 2.0     L’Académie française, dans sa séance du jeudi 4 février 2016, a enregistré les candidatures de MM. Michel Carassou, Éric Dubois, Andreï Makine et Eduardo Pisani, ainsi que le...

SCOTUS : Contre Google Books, forte mobilisation des auteurs et éditeurs

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 04.02.2016

L’Authors Guild n’en a pas fini avec Google Books, et sa numérisation d’œuvres sous droit. Alors que l’organisation tente le tout pour le tout en faisant appel à la Cour suprême, une flopée de soutiens intervient tout à coup. Les échecs en première et deuxième instance ne laissent aucune autre alternative : soit la doctrine du Fair Use est définitivement validée, soit les auteurs obtiennent un peu d’attention.    Eduardo Woo, CC BY SA 2.0     Une coalition d’auteurs, éditeurs, organisations de défense du droit d’auteur et autres se sont...

SNE : Karen Politis Boublil et Axelle Chambost rejoignent le Syndicat

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 04.02.2016

Le Syndicat national de l’édition annonce l’arrivée de deux personnes, dès ce 1er février. Karen Politis Boublil et Axelle Chambost sont les dernières recrues, indique le SNE dans un communiqué. Karen Politis Boublil sera chargée de mission, en remplacement de Gabriel Zafrani. Elle animera les Commissions économique, environnement, adhésion et livre audio. Axelle Chambost rejoint l’équipe du SNE, en tant que chargée de mission de la Commission sociale et du groupe Religion, en remplacement de Claire Gorrias.   Karen Politis Boublil   Diplômée de...

Des hamburgers à la viande d'ourson ou de requin chez McDonald's...

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 04.02.2016

Poursuivant sa démarche de substituer les jouets par les livres, pour éviter de se retrouver dans une situation conflictuelle avec les parents, McDonald's s’associe à plusieurs auteurs pour offrir des ouvrages. Dans ses menus Happy Meals, la société de restauration rapide ajoutera notamment les aventures de l’ourson Paddington, de Michael Bond.       Les clients Happy recevront l’un des quatre ouvrages ainsi proposés :    Paddington de Michael Bond, illustré par R. W. Alley ;  Clark the Shark Takes Heart de Bruce Hale, illustré par Guy...

Shakespeare va emballer les librairies britanniques

  • Partager sur Twitter

Cécile Mazin - 04.02.2016

Jamais en manque d’idées, les libraires indépendantes britanniques. Surfant sur la mode, et pour marquer le 400e anniversaire du Barde, la Booksellers Association réunissant Grande-Bretagne et Irlande inaugure le Shakespeare Saturday. Le tout s’accompagne d’un sac, flanqué d’un slogan, The Bard Is My Bag, variation sur le désormais fameux Books Are My Bag.        Le 23 avril prochain, à l’occasion de la World Book Night, tous les médias du monde se focaliseront sur William Shakespeare. Et à travers les réseaux sociaux, la BA poussera son...