BTS : du changement à l'horizon 2011

Clément Solym - 28.09.2010

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - bts - réforme - 2011


Après l’importante réforme des universités, Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, n’a pas fini de vouloir faire bouger les lignes. C’est lors d’un déplacement sur Lille que Mme Pécresse a détaillé son plan d’évolution de la formation en deux ans que proposent les différents BTS.

Depuis sa création en 1959 le brevet de technicien supérieur est rattaché au cadre du lycée général et technique. Ce lien lui impose un rythme qui, sans être celui du cursus universitaire n’est pas non plus exactement celui du lycée. La volonté affichée par la ministre est d’amener progressivement le BTS à s’aligner davantage sur le cursus universitaire afin de ménager des passerelles entre ces deux types de formations post bac.

Dès la rentrée 2011, Mme Pécresse prévoit l’instauration de la possibilité de se réorienter vers un BTS alors qu’on serait inscrit en Licence I à l’université. Incorporés aux lycées, les étudiants de BTS bénéficient d’un suivi nettement plus important que les étudiants présents sur les bancs de la fac. C’est un des points forts de ces formations en deux ans particulièrement plébiscitées par les étudiants.


Le BTS sera donc amené à évoluer afin de se rapprocher bien davantage du fonctionnement universitaire. Si les cours se font déjà sous forme de semestres, les différentes matières devraient s’envisager davantage comme des modules, système déjà opératoire dans les universités.

Même si ces formations en deux ans devraient prioritairement permettre à des bacheliers issus d'un bac professionnel de mieux réussir une formations post bac, les chiffres annoncent plutôt le contraire. En BTS ces derniers connaissent un taux d’échec supérieur à 50 %.

Pour endiguer ce phénomène, la ministre propose d’instaurer la mise en place de semestre tremplins qui seraient consacrés aux bacheliers issus d'un bac pro afin de les mettre à niveau au plus vite.