Camilla Vallejo, la Che au féminin, sort ses mémoires

Clément Solym - 29.12.2011

Patrimoine et éducation - A l'international - Camila Vallejo - Chili - Livre


Membre des Jeunesses communistes chiliennes, Camila Vallejo profitera de la « fête des câlins » organisée par le parti pour lancer son livre Nous pouvons changer le monde (Podemos cambiar el mundo en VO). Il compilera des interviews, déclarations, discours et quelques confidences sur les huit mois qu'ont duré sa lutte pour réformer l'éducation au Chili.

 

Les plus indignés d'entre vous l'avaient découverte à l'occasion des nombreuses manifestations qui avaient secoué le Chili l'année dernière. Présidente du plus grand syndicat étudiant du pays, elle avait cristallisé l'attention des médias locaux et internationaux.

 

Sa beauté, son éloquence, son piercing sur le nez et, il faut bien l'avouer, son faux air d'Ernesto ‘Che' Guevara avait fait d'elle une personnalité incontournable des manifestations post-Hesselmania. À 22 ans, elle s'était retrouvée à discuter autour d'une table avec le président Pinera et les plus grands responsables politiques du pays.

 

 

Mais elle n'est pas qu'une révolutionnaire du dimanche, elle a vite compris l'importance des réseaux sociaux pour pérenniser son mouvement, comme en attestent ses comptes twitter et facebook. Pourtant, et malgré un sondage d'une radio locale qui l'a propulsée personnalité chilienne de l'année, elle vient de perdre la présidence de son syndicat étudiant début décembre.

 

D'aucun pense de Camila Vallejo qu'elle a la stature pour être présidente. Son livre serait donc le signe des prémices d'une entre en politique ? L'avenir nous le dira.