Campus d'excellence : l'Unef ne lâche pas l'affaire

Clément Solym - 10.02.2012

Patrimoine et éducation - Scolarité France - campus d'excellence - universités - Unef


L'Unef a réagi hier à la nomination de cinq nouveaux campus d'excellence. Ces cinq établissements français, dont trois parisiens, vont se partager 5,5 milliards €, une décision qui fait craindre au syndicat « un mou­ve­ment de trans­for­ma­tion tech­no­cra­tique et auto­ri­taire ».


Il y a une semaine, cinq nouveaux établissements étaient retenus pour les initiatives d'excellence (Idex) : « L'agence d'information AEF vient de révéler que cinq établissements étaient retenus dans le cadre des Universités Initiatives d'excellence. Dans un courrier dévoilépar l'AFP, l'AEF explique que « Sorbonne Universités, Sorbonne Paris-Cité, Saclay, Toulouse et Aix-Marseille seraient les cinq pro­jets lau­réats de la deuxième vague des Idex sélec­tion­nés par le jury » (lire notre actualitté)

 

 

Une sélection qui a fait bondir l'Unef, premier syndicat français des étudiants, quant à l'égalité en matière d'accès à l'enseignement et à la formation. Ils notent ainsi de fortes disparités régionales dans la répartition : « A Paris, deux uni­ver­si­tés sont ainsi exclues de tous les pro­ces­sus de rap­pro­che­ment tan­dis que des zones entières du ter­ri­toire (le Nord de la France, le centre, et le grand ouest) voient s'accroître le risque de se trans­for­mer en déserts uni­ver­si­taires ». 

 

Les universités « perdantes » de la compétition d'excellence sont également durement touchées, puisque leur réputation pâtit tout autant de l'échec que leurs financements.

 

Mais même pour les grandes gagnantes, la partie n'est pas finie : la somme totale allouée aux pôles d'excellence n'est en effet versée qu'après 4 années probatoires et en cas d'objectifs remplis. Pour l'instant, les trois premières universités à avoir été sélectionnées (Strasbourg, Bordeaux, Paris Sciences et Lettres) n'ont reçu que 10 millions € sur les 700 promis.

 

Le syndicat a aussi pointé du doigt le préjudice fait aux étudiants des filières non sélectives, qui risquent de n'avoir « aucune garantie quant à la reconnaissance de leur formation » si l'encadrement national des diplômes est abandonné.

 

Laurent Wauquiez a tenté d'éclaircir ce point : « Et je veille, avec René Ricol, à ce que l'argent des inves­tis­se­ments d'avenir arrive bien dans les sites et les uni­ver­si­tés. Il n'y a pas de coup de Jarnac, on ne joue pas la montre » a-t-il déclaré, faisant référence à une tactique bien connue des escrimeurs consistant à fatiguer son adversaire.

 

Le sénateur-maire PS de Saint-Étienne, une des villes dont le projet a été refusé, a appelé à « une troisième phase de sélection » la plus rapide possible. Visiblement, la compétition plaît à certains.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.