Cartes de presse, bulletins : la BnF révèle les papiers secrets d'Apollinaire

Antoine Oury - 11.01.2018

Patrimoine et éducation - Patrimoine - BnF Apollinaire - Apollinaire bulletins - Apollinaire cartes presse


La Bibliothèque nationale de France, en menant ses tâches de conservation, de numérisation et de valorisation, tombe souvent sur des trésors. Parfois insolites : l'institution dévoile ainsi les « papiers secrets » de Guillaume Apollinaire, où l'on peut découvrir sa carte d'identité, ses cartes de presse, son livret militaire et même ses bulletins scolaires !

 
La carte d'identité de Guillaume Kostrowitzky, alias Guillaume Apollinaire (à retrouver sur Gallica)
 


À Paris, le 20 août 1901, le commissaire de police valide la carte d'identité d'un certain Guillaume Kostrowitzky, mieux connu sous le nom de Guillaume Apollinaire, « homme de lettres »... Ce document fait partie d'un lot mis en ligne par la Bibliothèque nationale de France sur la plateforme Gallica. On peut également y découvrir les bulletins scolaires, les cartes de presse et les diplômes du poète.

 

C'est une bonne partie de l'existence de l'écrivain qu'il est possible de parcourir, de ses exercices scolaires d'écriture, aussi bien en italien — il est né à Rome en 1880 et a vécu en Italie jusqu'en 1887 — qu'en français. Pour l'année scolaire 1896-1897, le lycée scolaire de Nice évoque, dans le bulletin du jeune homme, un élève « [i]ntelligent, des connaissances, mais pas assez d’efforts et progrès bien lents. Aurait pu s’assurer plus de chances de succès. » Mais, c'est bien connu, « on n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans »...

 

Le dossier des diplomes de Guillaume Apollinaire est moins épais, puisqu'après un premier baccalauréat manqué, il n'a jamais retenté sa chance pour des études supérieures. 

<

>


 

On trouve aussi dans les documents de la BnF les livrets d'épargne d'Apollinaire, ainsi que ses cartes de presse, pour L'Intransigeant ou Paris-Journal. Dès le début des années 1900, Apollinaire vit de sa plume et, en 1918, il est admis à la Société des Gens de Lettres, comme en témoigne un bon numérisé dans les archives. Après sa mobilisation, de nombreux documents militaires font état de ses incorporations et permissions.

 

Même si elle est restée vierge, une fiche de blessure ou de maladie rappelle sa blessure à la tempe en 1916, qui lui vaudra une longue convalescence et la mort, en 1918, de la grippe espagnole...

Les documents sont accessibles sur Gallica.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.