Ce 12 octobre, Culture et Éducation nationale lancent leur Plan Lecture

Antoine Oury - 09.10.2017

Patrimoine et éducation - Scolarité France - livre et lecture - éducation livre lecture - ministère éducation lecture


Ce 12 octobre, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer présidera une « cérémonie de mobilisation pour le livre et la lecture » qui sonnera le coup d'envoi du Plan Lecture vanté par son ministère et celui de la Culture. L'objectif ? Rien de moins qu'un « pays de lecteurs ». Sur les prochaines années, les ministères entendent améliorer l'apprentissage et la pratique de la lecture, en s'appuyant notamment sur les bibliothèques et les associations.


Françoise Nyssen - Partir en livre
Françoise Nyssen au milieu des enfants, à Partir en Livre 2017 (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 


Ce 12 octobre, à l'Institut de France, le ministre Jean-Michel Blanquer présentera plus en détail le Plan Lecture qu'il a préparé avec sa collègue Françoise Nyssen, ministre de la Culture, sous le parrainage d'Hélène Carrère d'Encausse, Secrétaire perpétuel de l'Académie française. Depuis le début de leurs mandats respectifs, les deux ministres assurent qu'ils travaillent ensemble, notamment sur l'éducation artistique et culturelle et la lecture, donc.

 

À la base, le constat est plutôt alarmant : 22,5 % des 760.000 jeunes âgés de 16 à 25 ans qui ont effectué leur Journée défense et citoyenneté (JDC) maîtrisent mal la lecture, rappelle le ministère de l'Éducation nationale. Ajoutons que ces difficultés de lecture touchent en grande majorité les territoires d'outre-mer, où les pourcentages de jeunes de 16 à 25 ans dépassent partout les 25 %, pour atteindre 73 % à Mayotte !

 

En France, 10 % des adolescents ont des difficultés de lecture


Le Plan Lecture des ministères commencera dès le plus jeune âge, et la maternelle, avec un accent mis sur le travail régulier sur le vocabulaire, la découverte du principe alphabétique, l’écoute et la compréhension de textes lus par l’adulte. La lecture en classe sera quotidienne, individuelle, collective, à voix haute ou silencieuse, pour forger le goût de la lecture.

 

Pour le reste de la scolarité, les programmes s'appuieront toujours, bien entendu, sur des textes, qu'il s'agisse de romans ou d'articles de presse, mais la bande dessinée se retrouvera aussi sollicitée, en témoigne l'intérêt du ministre affiché lors des Rencontres nationales de la bande dessinée, organisées à Angoulême.

 

Pour améliorer la présence de la lecture dans l'école et les programmes, les ministères comptent s'appuyer sur le réseau de bibliothèques, mais aussi sur les associations spécialisées. Pour les premières, cela passera notamment par le « rendez-vous en bibliothèque », qui sera rendu systématique et régulier au sein des écoles, comme l'avait annoncé Françoise Nyssen. Pour les secondes, cela passera par une promotion de leurs actions auprès du corps enseignant, afin de faciliter les rapprochements.

 

Éducation artistique et culturelle : les bibliothèques au premier plan

 
 

« En tant qu'association complémentaire de l'école, nous sommes reconnus par le ministère comme susceptible de développer la lecture chez les enfants, surtout en maternelles, un niveau sur lequel le ministre veut mettre l'accent avec nous sur les 3 prochaines années », nous explique ainsi l'association Lire et Faire Lire, qui rapproche lecteurs bénévoles et structures d'accueil (écoles, centres de loisirs, crèches, etc.).