Ce livre de coloriage vieux de 257 ans n'a même pas été commencé

Victor De Sepausy - 17.06.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - livre coloriage découverte - hasard bibliophile livre - Missouri botanical library


La bibliothèque du jardin botanique est tombée sur une belle plante : un exemplaire de The Florist, considéré comme le plus ancien livre de coloriage, a été redécouvert dans le fonds d’ouvrages. Avec quelques surprises inattendues à l’intérieur.

 

 

 

Le livre contient « 60 gravures des plus belles fleurs disposées soigneusement dans l’ordre de leur ouverture », annonce l’ouvrage, et la Garden’s Peter H. Raven Library n’est pas peu fière d’avoir mis la main sur ce trésor. Jardin Botanique du Missouri, l’établissement a mis la main sur une petite réalisée à Londres au XVIIIe imprimée par Robert Sayer, datée de 1760. Une seconde édition semble avoir vu le jour, imprimée par Carington Bowles en juin 1774.

 

Dans tous les cas, le livre aurait près de 257 ans et contient des instructions « pour dessiner et peindre selon la nature », différentes variétés de fleurs. Une dizaine d’exemplaires avait été réalisée, et celui retrouvé dans le Jardin botanique n’était même pas entamé. 




 

À cette époque, une forme d’engouement s’était manifestée dans l’édition, puisque plusieurs livres avec la même approche furent produits. On pensera au Botanical Brawing Book de James Sowerby, daté de1788, « conçu originellement pour les élèves ». Mais pour The Florist, l’introduction est très claire : les pages qui suivent « destinées à l’usage et l’amusement de ces Messieurs et de ces Dames ».

En somme, la mode de la relaxation par les livres de coloriage ne remonte pas à hier… En exhumant le livre, on redécouvrirait presque qu’à la fin du XVIIIe, l’intérêt pour des livres de coloriage existait déjà — l’industrialisation était peut-être plus compliquée. 

 

Outre la dimension ludique du coloriage, The Florist contient également des notes expliquant les plantes, leur origine, une description complète, ainsi qu’un détail de leurs pigments et de leur couleur. Pourtant le livre n’avait pas une vocation pédagogique propre  c’était véritablement un livre consacré au coloriage. 

L’exemplaire sera entièrement restauré pour préserver ses pages de l’usure du temps et des agressions possibles. Reste un immense mystère à résoudre : comment et quand le livre est arrivé dans l’établissement. Pour l’heure, personne n’est capable de l’expliquer. Cela permettrait de comprendre pourquoi aucune des gravures n’a été coloriée.

 

Une version numérisée est par ailleurs disponible sur Botanicus