Chemins d’écrivains, du web au livre et réciproquement

Auteur invité - 02.05.2018

Patrimoine et éducation - Patrimoine - internet livres auteurs - géolocalisation littérature auteurs - Historial de Péronne


Sur le territoire de la Grande Guerre dans la Somme, l’Historial de Péronne propose une application de géolocalisation comme une autre invitation à la littérature.




 

Vous venez de passer un moment à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne – musée et centre de recherche international ouvert depuis 1992. Peut-être, vous êtes-vous arrêté à Thiepval à quelques kilomètres, impressionnant mémorial britannique avec ses quelque 72 000 noms, soldats et officiers de l’Empire disparus ici et dont on n’a jamais retrouvé ou identifié les corps, et le centre d’interprétation de la bataille de la Somme de 1916, récemment agrandi et complètement réaménagé pour le centenaire l’an dernier.

Quelque part le long de la vallée de la Somme, au fil d’un parcours sur les champs de bataille que vous vous êtes choisi, l’application de géolocalisation proposée par l’Historial sera votre guide.

« Vous choisissez les sites sur la carte. Le menu vous amène au paysage tel qu’il était il y a cent ans puis sur des extraits audio de textes d’écrivains-soldats – ou de soldats-écrivains – qui y étaient stationnés. Comme en contrepoint du paysage que vous avez sous les yeux, vous pouvez retrouver sur l’application des photos d’époque. Et pour ceux qui veulent aller plus loin, le site de l’Historial vous permet de retrouver les biographies et les textes des auteurs », explique Lucie Balin, chargée de mission à l’Historial pour cette application, première du genre mise en place dans le courant du mois de novembre.
 

C’est l’exposition Écrivains en guerre, présentée à l’Historial en 2016 qui a servi de déclencheur souligne Hervé François, directeur du musée depuis 2012. [Écrivains en guerre 14-18. « Nous sommes des machines à oublier », Gallimard/Historial de la Grande Guerre, 24 euros]

Le travail de recherche mené autour des auteurs – certains bien connus, tels Georges Duhamel, Blaise Cendrars ou Ernst Jünger, d’autres beaucoup moins, tels les Britanniques Issac Rosenberg, Ivor Gurney, Siegfried Sassoon – a été développé et poursuivi : cette première application permet de découvrir les écrits d’une trentaine d’entre eux sur une base de données de l’Historial qui en compte plus d’un millier. Des onglets permettent ensuite d’aborder les biographies des auteurs ainsi que les parcours littéraires et artistiques. 
 

Deux ans de travail en amont 


Cette application a nécessité, on l’imagine, un solide travail en amont (deux ans) autour de plusieurs fils conducteurs : croiser les écrivains de différentes nationalités – vertu cardinale et fondatrice de l’Historial qui explore la Grande Guerre des deux côtés des belligérants –, privilégier l’émotion et non le rapport d’État-major souligne encore Lucie Balin.

Autre ligne conductrice : partir de textes publiés – pour l’instant, l’équipe qui a travaillé sur l’application n’a pas pris en compte les journaux manuscrits ou autres correspondances –, ce sera parfois de véritables redécouvertes quand il s’agit d’écrits publiés quelques années après la guerre et parfois bien oubliés depuis. Ce qui sera particulièrement révélateur pour les écrits allemands. « On a choisi le mélange des genres : journal, poésie, roman autobiographique, mémoires de guerre, et même bande dessinée. » 
 

Quant à la mise en place, il a fallu penser à la traduction des auteurs anglo-saxons ou allemands pas forcément accessibles, choisir des lecteurs pour les enregistrements des extraits (le livre audio, on ne le sait pas forcément, est aujourd’hui en plein développement). 
 

« Par-delà les seuls auteurs qu’on pourra découvrir, cette application se donne pour ambition de mettre en lumière toute une géographie de cette partie du front occidental de la guerre », précise encore Hervé François. « On y retrouvera des sites majeurs comme Thiepval – colline qui fut enjeu de terribles combats le 1er juillet 1916, premier jour de l’offensive de la Somme, et les semaines suivantes –, mais aussi des lieux moins connus, les lignes de front autant que les arrières que tous ces écrivains ont pu décrire. » 
 

Enjeux de développement pour le territoire 


On saisit donc combien une telle application peut avoir d’enjeux comme on aime à le souligner à l’Historial, notamment pour le tourisme de mémoire, aujourd’hui en plein développement. « Cette application marque un jalon dans la constitution d’un circuit littéraire des Chemins de mémoire en cours d’élaboration sur l’ensemble du territoire des Hauts-de-France. À terme, cette base de données pourrait faire avancer encore notre connaissance de la ligne de front autant que des arrières et nous permettre de constituer une véritable carte littéraire du front Ouest de la Grande Guerre qui n’existe pas encore à ce jour. » 
 

Enfin, si à l’Historial on fait remarquer que cette application n’est finalement que la deuxième étape d’un processus enclenché depuis quelques années – il existe déjà une application dédiée aux jeunes publics pour la visite du musée –, l’idée est bien de « créer du lien » entre le musée et les visiteurs comme le souligne encore Hervé François. « La géolocalisation pour inciter les visiteurs à arpenter le territoire autant que pour les amener à poursuivre la visite au musée, l’Historial, Thiepval, vers les autres sites. Mais aussi pour les ramener in fine aux livres. »

Clubs de marcheurs, randonneurs, cyclotouristes, mais aussi enseignants et médiathèques pourront y puiser de multiples raisons de venir à la découverte de ce territoire tellement marqué. « Une application comme celle-là, de valorisation territoriale, n’est qu’un outil parmi d’autres, une technique au service de quelque chose de bien plus important. En aucun cas, on ne s’amusera à proposer de l’immersif, du jeu vidéo qui n’ont pas leur place ici. L’application pour mieux revenir au territoire... avec des guides en chair et en os par exemple ! L’application numérique pour mieux revenir aux livres. » 
 

Jean-Marie Duhamel

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.