Chénier, Bucoliques, La jeune Tarentine

Clément Solym - 26.03.2009

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - André - Chénier - Bucoliques


Tournons vers la poésie tout en restant au sein du XVIII° siècle. Je vous propose de redécouvrir aujourd’hui l’un des poèmes les plus célèbres d’André Chénier (1762-1794) : La jeune Tarentine, extrait des Bucoliques (1785-1787).

La lecture d’un passage de Manilius (poète latin du Ier Sicle après J.-C.) et de diverses épigrammes funéraires de l’Anthologie grecque a inspiré à Chénier cette idylle, petit tableau à la manière antique.

Ce qui est original dans cette pièce, l’une des plus belles des Bucoliques, c’est d’abord le détail de la facture, et surtout la sensibilité, admirablement traduite par la musique des vers. Chénier, qui lui-même mourra jeune, ressent profondément la mélancolie d’une aimable destinée prématurément achevée, d’une jeune vie fauchée dans sa fleur.