Chômage des jeunes : de 3 à 45 % selon les études suivies

Clément Solym - 15.12.2012

Patrimoine et éducation - Scolarité France - étude - chomage - jeunes


Même si le risque de chômage diminue plus on est diplômé, une étude menée par le Centre d'études et de recherche sur les qualifications (Céreq) montre que la formation choisie a également une incidence de grande ampleur sur le parcours professionnel, rapporte l'AFP.

 

 

 

Ainsi, selon les spécialités, trois ans après la fin des études, le taux de chômage des jeunes varie de 3 à 45 %. Avoir ne serait-ce qu'un CAP en poche, quand il a bien été choisi, c'est-à-dire en tenant compte du marché du travail, peut, à lui seul, constituer une bonne protection contre le chômage.

 

Il y a donc un gros travail à faire pour mieux orienter les jeunes vers les filières qui recrutent et ce pour limiter le chômage des jeunes qui reste un fléau dans notre société. Si l'on choisit les métiers de la santé, du travail social ou de la mécanique et du transport, les débouchés ne manquent pas.

 

En revanche, quand on cherche à travailler dans le secteur des métiers du livre, de l'image et du son ou encore du secrétariat, l'étude note que moins de 60 % des jeunes issus des filières permettant d'accéder à ces secteurs d'activité ont un travail trois ans après avoir fini leurs études.