Chronique culturelle du 20 juin : Attila, le fléau de Dieu

Clément Solym - 20.06.2011

Patrimoine et éducation - A l'international - histoire - chronique - culture


Chaque jour, retrouvez un petit morceau de l'histoire du monde, pour voyager et se souvenir. Aujourd'hui, tour du monde...


20 juin 451 : bataille des champs catalauniques (près de Troyes)

Le roi des Huns, Attila, est surnommé à l'époque le « fléau de Dieu ». Ravageant tout sur son passage, sa réputation le précède et lui ouvre les villes terrorisées.

Après avoir rasé la ville de Metz (4 avril 451), il évite cependant Lutèce (Paris) puis Aureliani (Orléans) et décide d'affronter l'armée romaine commandée par le général Aetius qui s'est mise à sa poursuite. Les Romains sont en fait minoritaires dans l'armée levée puisque l'on compte des Alains, Francs, Germains et Wisigoths. Dans l'autre camp, Attila s'est lui aussi allié aux Ostrogoths et Gépides.

La tradition veut que le combat soit titanesque entre les troupes du "fléau de Dieu" et l'Empire romain. La Gaule est sauvée mais la défaite d'Attila n'est pas complète puisqu'avant de se replier vers le Danube, il passe près de Rome et commet d’autres massacres.

La victoire n’est romaine qu’en apparence puisqu’elle est surtout le fait des peuples barbares alliés à Rome et elle montre à tous la puissance que ces alliés ont acquis dans l’Empire faiblissant.

20 juin 1783 : bataille de Gondelour (côte indienne face au Sri Lanka)

Sufren bat les britanniques sur mer et à terre pendant la guerre d'indépendance américaine.