Chronique culturelle du 21 avril : d'Alger à Athènes

Clément Solym - 21.04.2011

Patrimoine et éducation - A l'international - culture - histoire - chronique


Chaque jour, retrouvez un petit morceau de l'histoire du monde, pour voyager et se souvenir. Aujourd'hui, vaste tour du vaste monde...


21 avril 1916 : Création de la fourragère


21 avril 1918 : Mort du Baron rouge, Manfred Von Richthofen.


21 avril 1961 : putsch des généraux (Alger)

L'armée française a remporté la victoire sur le terrain mais beaucoup de ses chefs constatent amèrement que politiquement le FLN est en train de remporter la guerre d'Algérie. Depuis 1958, la position du général de Gaulle quant au statut de l'Algérie a beaucoup évolué.

Réaliste et attentif au sens de l'Histoire, il déçoit ceux qui l'ont pourtant porté au pouvoir, et lors d'une conférence de presse, le 11 avril, évoque "l'Etat souverain d'Algérie". S'estimant trahis, les généraux Challe (armée de l'Air), Jouhaud (armée de l'Air) et Zeller (armée de Terre) décident de prendre le pouvoir à Alger avec les légionnaires du commandant Hélie Denoix de Saint Marc (1er REP).

Le célèbre général Salan rejoint les putschistes le 23 avril, mais cela ne suffit pas. La troupe et ses chefs, dans leur très grande majorité refusent de suivre le "quarteron de généraux en retraite". Le discours télévisé, cinglant, de de Gaulle achève de rallier les indécis. Le 25, Challe, Zeller et Saint Marc se constituent prisonniers.

Salan et Jouhaud rejoignent la clandestinité et l'OAS. Ils seront arrêtés un an plus tard. Quatre régiments sont dissous dont le 1er REP, le 30 avril. Ces cinq officiers ont tous été amnistiés et réintégrés dans leurs droits civiques et dignités militaires en 1982.

21 avril 1967 : putsch des colonels (Athènes)

Au nom du roi, mais sans son accord, des colonels prennent le pouvoir en Grèce à la faveur d'une période d'instabilité politique forte craignant une prise de pouvoir des communistes.