medias

Collections Aristophil : De Proust au Petit Prince, extraordinaires manuscrits de la vente inaugurale

Béatrice Courau - 18.12.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - encheres manuscrits aristophil - aristophil vente encheres - auction bibliophily manuscripts


#CollectionsAristophil - La vente inaugurale des collections Aristophil sera sans nul doute le début d'un grand événement dans le monde la bibliophilie; mais pas seulement. Outre rendre possible l'acquisition de pièces "abordables", elle donne à voir, de manière extra-ordinaire, des pièces manuscrites du patrimoine privé, qui ont été conservées dans des conditions muséales.

 

En partenariat avec la Maison de vente Aguttes

 

 

 


On pourra ainsi acquérir une lettre autographe de Proust manoeuvrant les critiques (Lot N°46 ) , un manuscrit de travail autographe de Victor Hugo pour le poème Océan (lot n°51 ), ou une étonnante correspondance entre Paul Valéry et le Général de Lattre de Tassigny (lot N° 69). 

Et s'émerveiller, ou investir, ou investir à hauteur de son émerveillement, devant quelques uns des "top lots" de cette vente inaugurale.

Preuve en est cet étonnant film, assorti d'un livre d'or dans lequel l'on voit pour la première fois le Petit Prince.
Tourné en 1942, le film, totalement inédit à ce jour, montre Antoine de Saint-Exupéry et Consuelo en bateau, en croisière sur un lac, lors de leur séjour de 5 semaines près de Montréal, en mai 1942. C’est à ce jour le seul film connu montrant Saint-Exupéry et son épouse.

Ce film de 2 minutes  (lot N°57) a été tourné par un cinéaste amateur passionné, à la pointe de la technique à son époque: il tourne en 16 mm avec du film Kodachrome, matériel rare et coûteux en 1942. La pellicule a été découverte il y a quelques années par le fils du cinéaste en visionnant les films de jeunesse de son père.

Conservé pendant plus de 70 ans dans les archives familiales, on y voit l’auteur de Pilote de guerre en compagnie de trois femmes, sous l’œil lointain et aquilin de Consuelo, tandis que l’auteur y apparaît enjoué, séduisant et heureux. La période est pourtant sombre : bien qu’étant aux yeux du public américain le plus prestigieux français en exil, Saint-Exupéry, alors qu'il vit depuis un an et demi déjà loin de l'Europe en guerre, ne sachant quels rangs rejoindre, de Pétain ou de De Gaulle, est affecté par la réception de son titre auprès du public français : collaborationniste pour les uns, appel à la résistance pour les autres, Pilote de guerre jouera sans nul doute un rôle déterminant dans la sensibilisation des consciences américaines au conflit européen.

Son séjour américain est une épreuve, « un exil dans l’exil », il est donc d’autant plus remarquable que ce soit à cette période que surgisse, sur le livre d’or du bateau (joint au film), pour sa première apparition publique, la silhouette du Petit Prince. « Ça c’est moi qui découvre le Canada et suis émerveillé. Je reviendrai» s’écrie-t-il enjoué, suivi des signatures d’Antoine de Saint-Exupéry et de Consuelo.

 

 

Antoine de Saint Exupéry - Livre d'or et film Kodachrome 16 mm - 1942 - Est. 15 000 / 20 000€

 


 

Collections Aristophil : du témoignage aux trésors historiques



Le gigantesque travail de préparation de la dispersion des collections Aristophil aura donné lieu à une trouvaille incroyable : ainsi, les philologues connaissaient de longue date l’existence de ce manuscrit, mais sa localisation demeurait inconnue. Les doutes ne sont plus permis : le Faiz et Conquestes d’Alexandre le Grand  (lot N° 82), traduit par Vasque de Lucène, qui était l’un des traducteurs les plus en vue de la cour bourguignonne au XVème s., est bien une copie authentique. Si les 36 autres copies existantes de ce texte sont bien connues, la redécouverte du présent manuscrit permet de rajouter un commanditaire supplémentaire à la liste des notables qui se sont procurés un manuscrit enluminé du texte, en l’occurence la famille de Clèves-Ravenstein, avec leurs armoiries peintes dans la bordure inférieure du premier feuillet.
 

Deux artistes auraient prêté leur talent pour réaliser les 16 enluminures en grisaille et semi grisaille qui l’illustrent (la grisaille étant en peinture l’utilisation des nuances d’une même couleur). Ici ce sont des grisailles très noires, des arcs dentelés en accolade, des visages creusés, avec des touches (« rehauts ») blancs et dorés sur les armures, les drapés et les éléments d’orfèvrerie. La couleur apparait parfois : les dallages des intérieurs, le sang des blessés ou tués dans les scènes de bataille, le feu des incendies et sièges. On notera les couvre-chefs stylisés, hauts de taille et architecturés. Et là encore aucun doute : Alexandre le Grand est bien identifiable avec sa couronne rehaussée d'or et surmontée de fleurons.

 

Quinte-Curce, Faiz Et Conquestes D’alexandre - Traduction de Vasque de Lucène
circa 1470-1480 - Est. 300 000/500 000 € - lot 82

 

Collections Aristophil : au-delà des Lettres, les Arts à l'honneur
 

 

D’elle, Balzac disait qu’elle était «le chef-d'œuvre, selon moi, de la peinture des mœurs»  ou encore: « elle est la sœur heureuse d'Eugenie Grandet ».

Écrit en juin-juillet 1841, le roman Ursule Mirouet est publié en feuilleton dans Le Messager du 25 août au 23 septembre 1841, en 21 chapitres, avant d'être édité chez Hippolyte Souverain en mai 1842, en 2 volumes.

Le manuscrit, de premier jet, a servi pour l’impression (les noms des typographes sont inscrits dans les marges). Il est écrit d'une traite, à l'encre brune, d'une écriture régulière, fine et penchée, au seul recto d'un papier légèrement bleuté, avec des corrections portées au fil de l'écriture: mots biffés, corrections, soit plus de 500 repentirs.

Dans la marge de 6 cm à gauche, Balzac a porté environ 300 additions ou corrections, allant d'un mot à des phrases entières, ajoutant ici une réplique, complétant la description d'un personnage, ajoutant là un développement.

Des variations qui diffèrent du texte qui sera finalement imprimé, faisant de ce manuscrit une mine précieuse de renseignements sur les hésitations et le travail de l’écrivain.

 

De la main de Balzac, ce rarissime manuscrit complet (relié en demi-chagrin, i.e. le cuir de chèvre, grainé, ne recouvre que le dos et certaines parties du « plat » / dessus de l’ouvrage) est l’un des deux seuls encore en mains privées.


Honoré de Balzac - Manuscrit autographe signé d’Ursule Mirouet - 1841 - Lot 45 - Est. 800 000/1 200 000€


 

 

Comment résister à la délicatesse des iris peints par Madeleine Lemaire ? Nous sommes en 1896, et Calmann-Levy publie Les plaisirs et les jours, signé de Marcel Proust, préfacé par Anatole France. C’est la première publication de l’amateur de Vinteuil, qui aura la postérité que l’on sait. Et, bonheurs des reliures, ont été ajoutées à ce recueil imprimé sur papier de Chine (il y en eut seulement 30 exemplaires) un texte autographe de l’auteur à propos de Watteau, et un échange avec Gaston Calmann Levy, son éditeur. Une madeleine pour bibliophiles.
 

Marcel Proust – Les plaisirs et les jours – 1896 – Lot 47 - Est. 15 000/20 000 €

 

 

 

 

Explorez le catalogue en ligne : entre beaux-arts, histoire postale, histoire, incunables et manuscrits anciens, littérature, musique, et sciences, vous y trouverez les notices détaillées de chacune des pièces.

 

Expositions publiques : mardi 19 décembre 2017, de 11h à 18h, et mercredi 20 décembre 2017 de 11h à 12h.

Vente : mercredi 20 décembre 2017 à 14h30, Hotel des Ventes de Drouot, Salle 1-7

Exposition et Vente : Drouot - 9, rue Drouot - 75009 Paris




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.