#CollectionsAristophil — C’est tout un pan de l’histoire artistique des deux derniers siècles qui revit à travers ce florilège de lettres et écrits de peintres, qui seront dispersés lors de la vacation de ce 1er avril sous le marteau de Claude Aguttes. La vente propose un éventail d’écrits et lettres autographes remarquables, voire rarissimes : Matisse, Toulouse Lautrec, Calder, Magritte, Dali, Gauguin, Manet, Le douanier Rousseau, Seurat, Van Gogh… Voyage en terres picturales, en compagnie de Thierry Bodin, expert de cette vente.


La peinture et l’écriture peuvent s’exprimer dans le quotidien le plus prosaïque : lettres du quotidien, échanges avec leur marchand d’art, correspondances artistiques témoignent de la vie et de l’œuvre de ces artistes, allant parfois jusqu’aux manifestes déclarés.

Ainsi, on remarque la lettre d’Henri Matisse à Gustave Kahn, critique important de l’époque, pour lui signifier qu’il ne pourra se rendre au diner prévu. Et pour le convaincre de son empêchement, il se croque dans un amusant autoportrait, enturbanné de la serviette de ses fumigations ! Ou encore cette merveilleuse lettre de remerciements, adressée à une jeune fille qui lui avait envoyé des fleurs, colorée de fleurs dessinées au crayon.
Matisse - 1916 - Lettre autographe signee - Est 40 000-50 000 €
Matisse - 1950 - Lettre autographe signee - Est 20 000-30 000 €


Lorsque Magritte peignait un tableau, ce n’est qu’après l’avoir réalisé qu’il lui attribuait un titre, souvent en demandant leur avis à ses amis, tel que nous pouvons le voir dans l’ensemble de lettres présentées, où il reproduit son tableau sous forme de croquis.  

Peu de temps après son arrivée à Paris, Calder, dans un français très approximatif, enjoint son correspondant de se rendre à une soirée, sous peine de l’étriper, tel le pirate qu’il peint à l’aquarelle sur la lettre, allant jusqu’à se servir des timbres bleu et rouge de l’enveloppe pour nourrir son dessin.
 
Calder - Lettre autographe - 1926 - 6 000-8 000 €

À l’époque des Ballets Russes, avec Diaghilev, Salvador Dali avait entamé une collaboration avec le chorégraphe Leonide Massine. Vers 1941, alors qu’il travaille sur un nouveau projet, ce sont deux de ses lettres au chorégraphe, l’une de sa main, l’autre de la main de Gala, et entièrement biffée, raturée, corrigée de sa main, qui attirent notre attention : il dessine différentes idées de décors, de costumes, de scènes, de trucages pour transformer les personnages en monstres, dans un français complètement phonétique aussi invraisemblable qu’épouvantable.
Dali - Lettres - Vers 1941 - Est 15 000-20 000 €

Parmi l’important ensemble de lettres de Gauguin, on remarque notamment celles à son maître Pisarro, que ce soit à propos de l’organisation d’expositions , pour annoncer qu’il va quitter la France , et une lettre particulièrement intéressante à l’un des premiers vrais collectionneurs de Gauguin, Gustave Fayet, dans laquelle il explique sa technique du dessin empreinte. Et cette vacation propose aussi une lettre terrible et très émouvante, l’une des dernières de l’artiste, dans laquelle Gauguin dénonce avec une violence incroyable les agissements des administrateurs coloniaux en Océanie, suite à laquelle il sera condamné en diffamation, et mourra quelques semaines plus tard. 

Claude Monet est aussi à l’honneur avec un ensemble de lettres qui couvrent presque toute sa vie , y compris la très importante correspondance avec son marchand Durand Ruel, qui tient absolument à faire connaître l’œuvre du peintre et lui expose ses actions, alors que les condiftions économiques sont difficiles et qu’une très grave crise financière a cours.

La vente propose aussi une lettre rarissime du Douanier Rousseau à sa « bien-aimée », lettre absolument touchante, vibrante et ardente, où l’on comprend que cette dame, qui était sa maîtresse, se retrouve désormais veuve. Ils sont enfin libres de s’aimer, mais elle veut un mariage religieux, et lui, qui est probablement franc-maçon, rechigne et désespère de ce différend.

Et puis, sans conteste, deux lettres absolument capitales et extraordinaires, l’une de Seurat, l’autre de Van Gogh, sont sans doute à mes yeux les pièces les plus touchantes.
 
Seurat - Brouillon de lettre - 1890 - Est 25 000-30 000 €

Ainsi, ce brouillon de lettre (qu’il n’enverra finalement pas) de Seurat. Cet homme très secret, qui se confiait peu s’adresse, quelques mois avant sa mort, à Maurice Beaubourg, journaliste et critique d’art : c’est là un véritable manifeste esthétique.

Il y parle certes de Signac et de la mort de Van Gogh, y dresse la liste de tous ses tableaux, mais il y définit sa propre esthétique, explique ce que représentent les couleurs, sa technique qui repose sur la durée de l’impression lumineuse sur sa rétine, allant même jusqu’à une synthèse, par de petits croquis explicitant comment, en regardant un tableau, les choses se recomposent et vibrent ensemble. C’est sans conteste une lettre capitale, par ailleurs citée dans tous les ouvrages sur le peintre.
 
Van Gogh - Lettre autographe signée - 1890 -  Est 80 000-100 000 €

Là encore quelques mois avant sa mort (nous sommes en février 1890) à Saint Remy de Provence, Van Gogh s’adresse au jeune critique Albert Aurier. Celui-ci vient de publier un article capital dans le Mercure de France, où il révèle le génie de Van Gogh et son admiration pour cette œuvre. En deux pages, il remercie le critique, et rend hommage à son maitre Monticelli, parle de son ami Gauguin, cet « artiste curieux » et décrit le tableau qu’il est en train de peindre (La chaise de Gauguin).

Il y parle aussi des Tournesols, ainsi que de la toile qu’il compte offrir au jeune critique, Les Cyprès. Cette lettre exceptionnelle, d’une écriture dense, très serrée, où il parle à la fois de ses maîtres, de son ami Gauguin et de ses grands tableaux en cours, bien qu’elle ait un peu souffert du passage du temps, reste extraordinaire puisque qu’adressée au seul critique qui l’ait reconnu de son vivant. Bouleversante.
 
Le catalogue est consultable en ligne ici.

Exposition des pièces le matin de la vente 
Vente le Lundi 01 Avril 2019  à 14h - Salle 6 - Drouot-Richelieu, 9, rue Drouot 75009 Paris
Maison Aguttes, Claude Aguttes, commissaire-priseur. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.